Information sur la politique 1

mercredi, janvier 18, 2017

Les médecins devraient être des salariés, selon l'IRIS

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/

Publié le 18 janvier 2017 à 05h00 | Mis à jour à 07h06
Les médecins québécois «accaparent une part disproportionnée des... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)
Les médecins québécois «accaparent une part disproportionnée des dépenses de santé», selon l'IRIS.
PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE
Avec une rémunération globale de plus de 7 milliards de dollars, les médecins québécois «accaparent une part disproportionnée des dépenses de santé» et «menacent la pérennité des finances publiques». Dans une étude qui sera rendue publique ce matin, l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS), qui se décrit comme un institut «sans but lucratif, indépendant et progressiste», publie une série de recommandations afin d'améliorer l'allocation de ressources financières en santé.
1. LA RÉMUNÉRATION DES MÉDECINS EST TROP IMPORTANTE
D'entrée de jeu, les chercheurs de l'IRIS, dont les travaux ont été financés en partie par la Confédération des syndicats nationaux (CSN), affirment que la rémunération des 20 000 médecins de la province accapare 21% du budget de la santé (7 milliards). En comparaison, payer 80 000 infirmières coûte un peu moins de 4 milliards de dollars à l'État, affirme l'étude. «L'argent consacré aux médecins ne peut pas aller ailleurs. Alors que le gouvernement a adopté ces dernières années des politiques d'austérité, 1 ou 2 milliards de plus ou de moins peut faire une différence», affirme Guillaume Hébert, l'un des auteurs de l'étude.
Dépenses de santé et de services sociaux 2015-2016 (en milliards de dollars) 
  • Financement des services à la population dans les établissements : 17
  • Rémunération des médecins : 7
  • Régime public d'assurance médicaments : 2,5
  • Autres : 6,3
  • Total : 32,7
2. DES AUGMENTATIONS TROP IMPORTANTES
Les chercheurs de l'IRIS indiquent que de 2007 à 2015, les médecins ont bénéficié d'augmentations annuelles moyennes de rémunération de 9 %. Une augmentation qui serait « insoutenable pour les finances publiques ». « On a longtemps décrié les fortes hausses du prix des médicaments. Mais aujourd'hui, les hausses de la rémunération médicale sont plus importantes », note M. Hébert. L'étude de l'IRIS conclut qu'alors que l'objectif initial de ces hausses était de rattraper l'écart avec l'Ontario, cet objectif est maintenant atteint, voire dépassé. En tenant compte du coût de la vie, le niveau de rémunération des médecins québécois dépasserait désormais de 11,5 % celui des médecins ontariens.
Rémunération moyenne des médecins
  • Omnipraticiens: Ontario 313 800 $ et Québec 248 000 $
  • Spécialistes: Ontario 370 000 $ et Québec 380 800 $
3. ABOLITION DES PRIVILÈGES FISCAUX
Pour les chercheurs de l'IRIS, le statut de travailleur autonome des médecins doit être remis en question. Québec devrait aussi interdire aux médecins de s'incorporer, réduisant du coup l'impôt à payer. «Cet avantage qui s'ajoute à une rémunération plus que généreuse doit être aboli», écrivent-ils. «C'est comme si on avait un joueur dans le réseau qui joue selon d'autres règles. Pourquoi ont-ils un statut différent? Il faut mettre un terme à ce compromis historique», estime M. Hébert.
4. POUR LE SALARIAT
L'IRIS note qu'au Québec, le mode de rémunération à l'acte chez les médecins dépasse les 85%. Or, ce mode de rémunération «ne favorise ni la qualité des soins ni le travail interdisciplinaire», est-il écrit dans l'étude, qui estime que le salariat des médecins doit être considéré. M. Hébert reconnaît qu'il peut aussi y avoir des désavantages à adopter le salariat. «Mais on n'a pas vu de raisons suffisantes pour ne pas s'y intéresser», dit-il.
5. SÉRIEUX DOUTES SUR LE FINANCEMENT À L'ACTIVITÉ
Les chercheurs de l'IRIS estiment aussi que le financement à l'activité, la prochaine réforme promise par le ministre de la Santé Gaétan Barrette, n'apportera finalement que «très peu de changements». «Quand on regarde ce qui s'est produit ailleurs, on voit que beaucoup de ressources administratives seront nécessaires, pour des résultats qui ne sont pas encore démontrés», affirme M. Hébert, qui croit que Québec devrait reculer sur cette question.