Information sur la politique 1

samedi, décembre 17, 2016

La course se resserre au Québec

http://www.journaldemontreal.com/

Les libéraux et les péquistes se retrouvent coude à coude selon un sondage Léger




La baisse du Parti libéral se confirme dans les intentions de vote alors qu’une lutte à trois se dessine. Une coalition péquisto-solidaire viendrait toutefois changer la donne et réussirait à détrôner les troupes de Philippe Couillard.
d_JOUR_FRONT_V11 La course se resserre. À 30 % d’appuis, les libéraux atteignent un plancher en quatre ans et se retrouvent à égalité avec le Parti québécois, qui fait du surplace.
La Coalition avenir Québec, qui grimpe d’un point en un mois, s’accroche avec 26 % des intentions de vote, révèle un sondage Léger/Le Journal – Le Devoir réalisé entre le 12 et le 15 décembre.
Si des élections avaient lieu aujourd’hui, «le scénario le plus probable serait possiblement un gouvernement majoritaire péquiste ou un minoritaire péquiste», analyse le vice-président de la firme, Christian Bourque.
Un constat qui tranche avec le tout dernier coup de sonde de la maison CROP, qui a prédit cette semaine un gouvernement libéral majoritaire. Les deux firmes utilisent la même méthodologie, difficile donc d’expliquer l’écart entre les résultats, convient le sondeur Bourque.
« Tests de réalité »
Selon lui, les dernières élections partielles doivent néanmoins apparaître comme des «tests de réalité». L’appui aux libéraux a passablement reculé dans les quatre circonscriptions disputées, dit-il.
Christian Bourque constate que d’autres avertissements se manifestent à l’endroit du PLQ qui ne trompent pas. L’insatisfaction à l’égard du gouvernement continue de grimper (68 %). Pour la première fois, Philippe Couillard (16 %) n’apparaît plus comme le meilleur candidat au poste de premier ministre aux yeux des Québécois. Il est détrôné par ses adversaires Jean-François Lisée et François Legault, qui se partagent le podium (à 20 %).
Pas de lune de miel pour Lisée
Le chef péquiste ne réussit toutefois pas à tirer son épingle du jeu et son parti vers le haut. «Il n’a pas vraiment eu de lune de miel», analyse le sondeur. Une alliance avec Québec solidaire permettrait néanmoins au PQ d’envisager de former un gouvernement majoritaire. Cette alliance récolterait 42 % d’appuis dans la population, dont 48 % d’électeurs francophones.
Un score qu’il faut toutefois prendre avec un grain de sel puisque la faiblesse des solidaires dans plusieurs comtés ne permettrait pas au PQ de l’emporter, précise M. Bourque.
Bien que bien moins probable, un mariage entre la CAQ et le PQ aurait l’appui de 49 % des Québécois. Certains caquistes récalcitrants à appuyer une telle alliance renforceraient toutefois les rangs du PLQ (34 %).

SI DES ÉLECTIONS PROVINCIALES AVAIENT LIEU AUJOURD’HUI, POUR QUEL PARTI AURIEZ-VOUS L’INTENTION DE VOTER ?

  • Parti libéral 30%
  • Parti québécois 30%
  • Coalition avenir Québec 26%
  • Québec solidaire 10%
  • Autres partis 4%

POUR L’ANNÉE 2017, QUELLE DEVRAIT ÊTRE LA PRIORITÉ DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC ?

  • Diminuer le temps d'attente dans les urgences 25%
  • Créer des emplois de qualité 15%
  • Réduire la dette du Québec 10%
  • Améliorer les conditions de vie des aînés 10%
  • Diminuer le nombre d'élèves par classe dans les écoles 6%
  • Mieux soutenir les organismes d'aide aux plus démunis 5%
  • Assurer la laïcité de l'État et encadrer les signes religieux 4%
  • Désengorger le système de justice 4%
  • Maintenir les sièges sociaux des grandes entreprises au Québec 3%
  • Établir un système électoral proportionnel 3%
  • Améliorer les conditions de vie des autochtones 3%
MÉTHODOLOGIE
La présente étude a été réalisée par le biais d’un sondage internet auprès de 1016 Québécois ayant le droit de vote entre les 12 et 15 décembre 2016 dans toutes les régions du Québec. √ Pondération et marge d’erreur: Les données finales du sondage ont été pondérées à l’aide des données du recensement de 2011 selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité de façon à garantir un échantillon représentatif de la population. Aux fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 1016 répondants aurait une marge d’erreur de +/- 3,1 %, et ce, dans 19 cas sur 20.