Branle-bas de combat au SPVM pour une fuite

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/

EXCLUSIF
Publié le 21 décembre 2016 à 05h00 | Mis à jour à 08h40
Deux policiers du SPVM soupçonnés d'avoir remis une... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE)
PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE
Deux policiers du SPVM soupçonnés d'avoir remis une copie du constat d'infraction au chroniqueur Patrick Lagacé ont vu leurs déplacements à l'intérieur des locaux de police vérifiés grâce aux registres d'utilisation des cartes magnétiques.

Allées et venues surveillées, courriels passés au crible, mouvements informatiques épiés : une question posée par Patrick Lagacé au bureau de Denis Coderre quant à un constat d'infraction du maire a déclenché un branle-bas de combat au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), révèle un nouveau document judiciaire.
La dénonciation, rédigée en vue d'obtenir le registre des appels entrants et sortants du chroniqueur de La Presse, lève le voile sur l'enquête éclair menée par les Affaires internes du service afin de trouver les auteurs d'une fuite qui - de son propre aveu - dérangeait M. Coderre.
Deux policiers soupçonnés d'avoir remis une copie du constat d'infraction à M. Lagacé ont vu leurs déplacements à l'intérieur des locaux de police vérifiés grâce aux registres d'utilisation des cartes magnétiques.
L'enquêteur Normand Borduas, des Affaires internes, a aussi obtenu «les courriels de la journée du 3 décembre 2014 [jour de la fuite présumée] pour les deux employés visés», ainsi que la liste «des fichiers consultés» par les mêmes individus. En vain.
La dénonciation montre que M. Borduas a demandé le 23 janvier à avoir accès aux registres téléphoniques complets, ainsi qu'aux «informations sur l'abonné et les tours cellulaires» du chroniqueur Patrick Lagacé pour une période de deux semaines de décembre 2014. Le jour même, la juge de paix Suzanne Bousquet autorisait la demande.
Le numéro du cellulaire à surveiller avait été fourni à la police par une «attachée politique du maire Denis Coderre».
«Sans motif réel»
Rien dans sa dénonciation ne permet de savoir si M. Borduas avait épuisé tous ses autres recours avant de mettre un journaliste sous surveillance. Il n'évoque aucun argument particulier quant au statut du chroniqueur.
«Nous sommes troublés de constater que le SPVM a demandé un mandat sans motif réel, autre que de trouver les sources de Patrick Lagacé. Et nous comprenons encore moins comment un juge de paix a pu l'autoriser», a déploré hier Alexandre Pratt, directeur principal de l'information à La Presse.
«Patrick Lagacé a simplement fait son travail de journaliste : poser des questions sur un sujet d'intérêt public.»
La dénonciation a été obtenue par La Presse après des procédures devant les tribunaux.
Le constat d'infraction en question avait été délivré en mars 2012 à l'endroit de Denis Coderre, alors député fédéral, pour avoir omis de payer l'immatriculation de son véhicule.
Ce n'est que deux ans plus tard, alors que le politicien était devenu maire de Montréal, que Patrick Lagacé en a obtenu une copie. Une mention inhabituelle au constat faisait croire à certains policiers que l'amende de 444 $ n'avait pas été acquittée.
Plus tôt cet automne, le SPVM avait admis avoir obtenu un mandat de surveillance contre le cellulaire de Patrick Lagacé.
«Est-ce que moi, je me fais suivre?»
En entrevue au 98,5FM, toujours cet automne, le maire avait relaté avoir été profondément dérangé par le fait que le chroniqueur avait obtenu la copie d'un constat d'infraction qui le concernait, se qualifiant de «victime».
«À un moment donné, je me dis : est-ce que moi, je me fais suivre? Est-ce que la situation syndicale fait qu'on me check présentement? Est-ce que ça, c'est légal? J'ai dit à [l'ex-directeur] Marc Parent : là, c'est Coderre le citoyen, est-ce qu'on peut fouiller dans les registres comme ça et commencer à envoyer ça à gauche et à droite?», a affirmé le maire en ondes. «Ce n'était pas une demande d'enquête. J'ai demandé à Parent : est-ce que c'est légal, cette affaire-là ? Je me demande si je me fais surveiller et, donc, il a fait une enquête.»
L'amende avait été acquittée en temps opportun par Denis Coderre.