Décès de Fidel Castro: les réactions affluent dans le monde

http://www.lapresse.ca/international/

Publié le 26 novembre 2016 à 07h46 | Mis à jour à 07h46
Plkusieurs chefs d'État ont réagi au décès de... (PHOTO ARCHIVES AFO/CUBADEBATE)
Plkusieurs chefs d'État ont réagi au décès de Fidel Castro.
PHOTO ARCHIVES AFO/CUBADEBATE
Agence France-Presse
Certains rendent hommage à une figure historique du XXe siècle ou demandent une levée de l'embargo contre Cuba, d'autres sont plus mesurés : synthèse des réactions samedi dans le monde au décès de Fidel Castro.
Vladimir Poutine, président de la Russie
« Cet homme d'État émérite est à juste titre considéré comme le symbole d'une époque de l'Histoire moderne du monde », a déclaré le président russe, jugeant que Fidel Castro « était un ami sincère et fiable de la Russie ».
Mikhaïl Gorbatchev, ex-président de la Russie
« Fidel a résisté et a fortifié son pays au cours du blocus américain le plus dur, quand il y avait une pression monumentale sur lui et il a pu [...] mener son pays sur la voie du développement indépendant », a affirmé l'ex-dirigeant soviétique, dernier dirigeant de l'URSS, cité par l'agence Interfax. 
Xi Jinping, secrétaire général du Parti communiste chinois
Fidel Castro « vivra éternellement », a assuré samedi le président chinois dans un message lu à la télévision. « Le peuple chinois a perdu un camarade bon et sincère », a-t-il déclaré. « Le camarade Castro vivra éternellement », a ajouté le président Xi, également secrétaire général du Parti communiste chinois.
Nicolas Maduro, président du Venezuela
« Tous les révolutionnaires du monde, nous devons poursuivre son héritage et reprendre le flambeau de l'indépendance, du socialisme, de la patrie humaine », a écrit sur Twitter le président socialiste du Venezuela.
Evo Morales, ex-chef d'État cubain
C'était « un géant de l'Histoire » qui a défendu « la dignité des peuples du monde », s'est enflammé le président bolivien, en parlant de son « admiration » de l'ex-chef d'État cubain. 
François Hollande, président de la France
Fidel Castro « avait incarné la révolution cubaine, dans les espoirs qu'elle avait suscités puis dans les désillusions qu'elle avait provoquées ». « Acteur de la Guerre froide [...] il avait su représenter pour les Cubains la fierté du rejet de la domination extérieure », a souligné le président socialiste français, en réclamant une levée totale de l'embargo contre Cuba.
Rodrigo Duterte, président des Philippines
Pour le président philippin, Fidel Castro s'est illustré en « se levant contre l'ouest et l'impérialisme ».
Mariano Rajoy, chef conservateur du gouvernement espagnol
Il avait « une stature historique », a réagi sur Twitter le chef conservateur du gouvernement espagnol, en soulignant dans un communiqué son impact pour Cuba et sa « grande influence » pour la région.
Charles Michel, premier ministre de la Belgique
« Une page importante de l'histoire politique mondiale se tourne », il s'agit d'»un terme définitif à la Guerre froide qui a tant divisé les populations au siècle dernier », a estimé le premier ministre belge.
Alexis Tsipras, premier ministre de la Grèce
« Adieu commandant - Jusqu'à la victoire pour toujours des peuples », a lancé le premier ministre grec de gauche radicale, en retweettant un message de son parti Syriza selon lequel « L'histoire a donné raison à Fidel Castro ». 
Robert Fico, premier ministre de la Slovaquie
Pour le premier ministre slovaque dont le pays préside actuellement l'Union européenne, « Cuba n'a jamais menacé quiconque et ne veut que vivre sa propre vie. Nombreux sont ceux qui à tort ont haï et continuent de haïr Cuba pour son courage ».
Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères
C'était « une personnalité unique qui a combattu contre le colonialisme et l'exploitation ». Il a été « un modèle des luttes pour l'indépendance des nations opprimées », a jugé le ministre iranien des Affaires étrangères, cité par l'agence Fars.
Narendra Modi, premier ministre indien
Il a été « l'une des personnalités les plus iconiques du XXe siècle », a commenté le premier ministre indien.
Bidya Devi Bhandari, présidente du Népal
La présidente du Népal et sonpPremier ministre Pushpa Kamal Dahal Prachanda ont souligné « l'intégrité » de Fidel Castro, « champion de la cause du peuple ».