Information sur la politique 1

mardi, décembre 08, 2015

Excuses officielles demandées au gouvernement provincial au nom des Franco-Ontariens

http://ici.radio-canada.ca/regions/ontario/

Mise à jour le lundi 7 décembre 2015 à 17 h 03 HNE
Le drapeau franco-ontarien
Le drapeau franco-ontarien  Photo :  ICI Radio-Canada / Denis Babin

Le député libéral de Sudbury, Glenn Thibeault, a présenté une résolution à Queen's Park lundi pour demander des excuses officielles à la province pour le Règlement 17.
Un texte de Sara-Christine GemsonTwitterCourriel
Ce règlement, adopté en 1912 par le premier ministre James Whitney, interdisait l'utilisation de la langue française dans les écoles élémentaires de la province.
En 1927, le premier ministre George Howard Ferguson a annoncé que le Règlement ne serait plus appliqué et en 1944, il est tombé en désuétude.
Texte de la résolution :

Que, de l'avis de cette Chambre, le gouvernement devrait présenter des excuses formelles aux Ontariens pour le Règlement 17, qui a interdit les écoles élémentaires et les enseignants et les enseignantes d'enseigner ou de communiquer avec les élèves en 1912.
Mais le député Glenn Thibeault estime que cette page de l'histoire ne doit pas être balayée sous le tapis.
« Il y a des députés qui ont oublié ce règlement. Je veux que les députés reconnaissent que c'est le temps que le gouvernement donne des excuses officielles parce que la langue française est très importante pour la province. »— Glenn Thibeault, député Sudbury

L'initiative est venue de l'Association canadienne-française de l'Ontario du Grand Sudbury, qui a demandé au député de faire la demande au nom de la communauté.
Glenn Thibeault a jugé qu'en cette 400e année de la francophonie en Ontario, le moment était opportun.
Le député a affirmé que la première ministre Kathleen Wynne et la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, étaient toutes les deux au courant de sa motion avant qu'il ne la présente en Chambre lundi. La motion sera débattue puis passera au vote le 26 mars 2016.
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario applaudit la résolution
nullManifestation d'écoliers contre le Règlement 17, devant l'école Brébeuf, square Anglesea dans la basse-ville d'Ottawa, à la fin janvier ou au début février 1916.  Photo :  Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique française
« L'impact du Règlement 17 a été lourd de conséquences pour notre communauté puisque des générations de jeunes ont été perdues et assimilées suite à son adoption. Nous vivons toujours les retombées de cette décision et c'est pourquoi nous accueillons avec enthousiasme la demande du député Thibeault », a affirmé le président de l'Assemblée, Denis Vaillancourt par voie de communiqué.
L'Assemblée estime que si la résolution est adoptée, la porte sera fermée sur ce chapitre noir de l'histoire franco-ontarienne.