lundi, mai 02, 2016

ÉCONOMIE PKP reviendra-t-il diriger Québecor?

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

PUBLIÉ IL Y A 55 MINUTES
Le directeur des élections pourrait se pencher sur le cas de l’Institut de la souveraineté, après plusieurs semaines de secousses, plusieurs députés péquistes admettent que le parti traverse une période de turbulence et le gouvernement investit à Sept-Îles pour essayer de relancer le secteur minier.
Plusieurs députés péquistes admettent que le parti traverse une période de turbulence.
Sur le plan politique, sa démission ouvre bien sûr la voie à une nouvelle course à la direction du Parti québécois. Mais, elle nous oblige à nous poser aussi la question : Pierre Karl Péladeau reviendra-t-il diriger l'entreprise fondée par son père? Reviendra-t-il au conseil d'administration ou même au poste de PDG?
S'il le veut, il peut le faire. Malgré son entrée en politique, et même s'il était chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau était demeuré l'actionnaire de contrôle de Québecor avec 74 % des droits de vote. Il avait choisi de placer ses actions dans un mandat sans droit de regard sous la supervision de Claude Béland, André P. Brosseau et James A. Wood. Mais, ce mandat, aux dernières nouvelles, n'était toujours pas en vigueur.
Comme l'expliquaient les anciens vice-présidents de la Caisse de dépôt Michel Nadeau et Daniel Paillé à RDI économie, Pierre Karl Péladeau ira là où il voudra. S'il veut reprendre un rôle actif dans son entreprise, il le fera. Pierre Dion laissera son poste de PDG ou Brian Mulroney laissera la présidence du conseil d'administration à l'actionnaire de contrôle.
Québecor Média
Québecor Média   PHOTO : RYAN REMIORZ
Chose certaine, cette entreprise est à l'image de Pierre Karl Péladeau. C'est lui qui l'a transformée, pour le meilleur et pour le pire. Aujourd'hui, Vidéotron, qui a été achetée sous le règne de Pierre Karl Péladeau, représente près de 80 % des revenus de Québecor et plus de 95 % du bénéfice d'exploitation. L'avenir passe par Vidéotron.
Cela dit, s'il revient à la tête de son entreprise, il devra composer avec des défis importants :
  • comment poursuivre l'expansion de Vidéotron, dont les visées hors Québec se sont essoufflées depuis le départ de PKP? C'est Shaw Communications qui a acheté Wind Mobile pour tenter de devenir le 4e acteur du sans-fil au Canada, pas Vidéotron;
  • comment s'assurer du transfert d'abonnés du câble vers des abonnés à l'Internet? C'est tout un défi, la transformation est rapide;
  • et comment assurer la survie des chaînes spécialisées alors que le CRTC permettra dès le 1er décembre prochain le choix des chaînes de télé à la carte?
Depuis son départ, Québecor a vendu ses hebdos à TC Média et ses journaux Sun à Postmedia. Les chaînes Sun News et Argent ont cessé leurs activités. Et l'agence QMI est en décroissance alors qu'elle était, à sa fondation en 2008, au coeur de la stratégie de convergence des contenus.
Où va Pierre Karl Péladeau à partir de maintenant?