lundi, février 29, 2016

Ministre de la Condition féminine: Lise Thériault ne se dit pas féministe

 |  Par La Presse Canadienne
Publication: 
LISE THERIAULT
QUÉBEC - La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, refuse l'étiquette féministe.
Son approche envers la cause des femmes se veut beaucoup plus pragmatique que théorique, plus terre à terre que militante, plus individuelle que collective.
Son style s'apparente à celui d'un motivateur. Le conseil de la vice-première ministre aux femmes est le suivant: "Tu veux prendre ta place? Faire ton chemin? Let's go, vas-y!".
C'est par nature une fonceuse, qui n'a peur de rien ni personne, et elle aimerait bien que son énergie, réputée débordante, soit contagieuse et contamine d'autres femmes.
Elle n'est pas du genre à avoir réfléchi longtemps à sa position sur le mouvement féministe, ou à se demander quelle étiquette elle était prête à assumer.
"Je suis beaucoup plus égalitaire que féministe", confiera Lise Thériault à La Presse Canadienne, au cours d'une longue entrevue d'une heure visant à tracer ses priorités d'action dans ses nouvelles fonctions, à l'approche de la Journée internationale des femmes, le 8 mars.
Elle croit à l'"individu" qui décide de "prendre sa place". Quand elle parle d'égalité entre hommes et femmes, elle pense surtout à réduire l'écart entre les hommes et les femmes aux postes de commande, sa priorité pour les prochaines années.
"Il faut juste aller dans les bons réseaux pour les trouver", dit l'ex-ministre du Travail, fière d'avoir nommé une femme, Diane Lemieux, à la tête de la Commission de la construction du Québec, monde masculin s'il en est.
Elle pense aussi, bien sûr, au pouvoir politique, mais pas à n'importe quel prix. L'idée d'imposer des quotas de candidatures féminines lui déplaît. Cela fausserait le jeu de la démocratie, selon elle.
"Il faut faire attention de ne pas tomber dans le piège de présenter des femmes pour présenter des femmes", prévient la ministre.
Car l'égalité, "c'est pas une question de quotas. Il faut savoir convaincre, il faut savoir attirer les femmes en politique", dit celle qui s'est donné pour mission d'aller sur le terrain pour dénicher des candidates.
Elle a du pain sur la planche, car des trois grands partis à l'Assemblée nationale, c'est le sien, le Parti libéral, qui présentait la plus faible proportion de candidates, soit 28 pour cent, lors du scrutin de 2014. Avec seulement 35 femmes parmi ses 125 candidats, le PLQ affichait sa pire performance des cinq derniers scrutins.
Elle convient qu'il faudra faire mieux la prochaine fois, en 2018, sans pour autant viser un nombre égal hommes-femmes.
Mme Thériault se dit d'ailleurs "très confortable" avec la position du premier ministre Philippe Couillard, qui prétend vouloir atteindre ce qu'il appelle une "zone de parité", soit au moins 40 pour cent de femmes dans son équipe. Il a cependant raté sa cible, tant au moment de constituer son équipe de candidats en 2014 qu'au moment de former son cabinet.
Par rapport au mouvement féministe et à son influence, Mme Thériault demeure évasive, paraissant l'associer davantage au passé qu'à l'avenir. "La réalité des années 70 et la réalité d'aujourd'hui n'est plus pareille, dit-elle. Les gens ont évolué. Des choses ont été faites", dit Mme Thériault, ajoutant cependant "qu'il en reste encore à faire", sans donner de précisions, pour faire avancer la cause des femmes.
Questionnée à savoir si une des grandes figures du mouvement féministe a été pour elle une source d'inspiration, un modèle à suivre, Mme Thériault réfléchit un moment, puis laisse tomber: "S'il y en a une qui m'inspire plus que les autres? À première vue, je vous dirais non".
Elle se dit intéressée par la campagne de solidarité pour l'égalité des sexes "He for She", lancée par l'ONU Femmes et personnifiée par la jeune actrice britannique Emma Watson, "qui joue dans Harry Potter", précise-t-elle. La campagne vise à sensibiliser les hommes au combat pour l'égalité des sexes. "Je regarde ça avec beaucoup d'intérêt", persuadée qu'hommes et femmes doivent travailler "vers un but commun", l'égalité de faits.
D'ici la fin du mandat, la ministre, qui se dit en pleine forme après un congé de maladie de trois mois, entend présenter un plan d'action sur la prévention de la violence faite aux femmes et un autre pour la promotion de l'égalité entre hommes et femmes.
La ministre se dit aussi "très à l'aise" avec les compressions imposées au Conseil du statut de la femme, qui a dû fermer ses bureaux régionaux, et au Secrétariat à la condition féminine, dont le budget est passé de 7,2 millions $ à 5,3 millions $.
"L'important, c'est d'avoir l'argent pour appliquer les mesures sur le terrain", selon elle.
S'il est un point où elle se montre prête à sortir les griffes, c'est sur les limites à imposer à la liberté d'expression, concept pourtant cher aux libéraux de Philippe Couillard. Les conférenciers étrangers, musiciens ou chanteurs qui songent à étaler leur misogynie au Québec devront revoir leurs plans.
La liberté d'expression ne doit pas servir de prétexte à tolérer les discours haineux envers les femmes, prévient celle qui ne cache pas que son "seuil de tolérance" sera très bas. "Je regrette, c'est pas vrai qu'on va nous faire jouer dans ce film-là, encore une fois", dit-elle. "On est capable de dire aux gens: vous n'êtes pas le bienvenu au Québec", tranche la ministre, sur un ton sans réplique.
Âgée de 50 ans, mère et grand-mère, Lise Thériault, qui s'est lancée en politique en 2002, est ce qu'on appellerait en anglais une "self-made woman". Sans diplôme, elle débute sa carrière comme réceptionniste, puis devient vendeuse de publicité et directrice des ventes. Avec son mari, dans les années 1990, elle fonde un journal économique, L'Édition, destiné à la clientèle de l'est de Montréal. Elle commence à faire sa marque dans la communauté d'affaires en fondant le Réseau des femmes d'affaires de l'est de Montréal et en s'impliquant dans la Chambre de commerce de l'est de Montréal, dont les membres à l'époque étaient presque tous des hommes, aux yeux écarquillés en voyant débarquer cette "grande blonde", pressés de lui faire sentir qu'elle était "la fille dans la pièce".
Elle raconte cela sourire en coin. Il lui en faut plus pour l'intimider.