jeudi, février 04, 2016

Comité d'accueil pour le nouveau ministre de la Famille

Mise à jour le jeudi 4 février 2016 à 8 h 05 HNE

Des manifestants réclament un réinvestissement dans les CPE.
Des manifestants réclament un réinvestissement dans les CPE.  Photo :  ICI Radio-Canada/Cimon Leblanc

Le Regroupement des centres de la petite enfance (CPE), des parents et des responsables de la garde en milieu familial interpellent le nouveau ministre de la Famille, Sébastien Proulx, et réclame un réinvestissement dans le réseau des CPE.
Des manifestants sont rassemblés devant le parlement à Québec pour former un comité d'accueil en prévision du caucus libéral. Les manifestants souhaitent une rencontre avec Sébastien Proulx pour connaître sa vision du réseau des CPE au Québec.
« On veut lancer un message au ministre de venir s'asseoir, de discuter pour savoir quelles sont ses intentions, mais surtout que nous, on veut continuer à offrir des services de garde éducatifs aux enfants », explique Sylvie Provencher du Regroupement des centres de la petite enfance de la région de Québec.
« On ne veut pas devenir des parkings, on veut assumer notre rôle de premier maillon de l'éducation. »— Sylvie Provencher du Regroupement des centres de la petite enfance de la région de Québec.

Les compressions dans les centres de la petite enfance l'an prochain seraient de l'ordre de 51 millions de dollars en vertu d'une entente de principe conclue entre Québec et le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance (CQSGEE). Selon le Conseil, seul un montant de 14 millions représenterait un « effort supplémentaire » pour les CPE.
L'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), qui représente la majorité des CPE au Québec, souhaite plutôt l'annulation de toutes les compressions annoncées. 
Le chiffre de 120 millions de coupes imposées l'an prochain aux CPE et aux garderies privées subventionnées avait d'abord circulé et faisait craindre le pire aux dirigeants du réseau.