mardi, juin 02, 2015

La vie de Jacques Parizeau en 18 faits saillants

http://www.journaldemontreal.com/

Jacques Parizeau
JDEM

Kathryne Lamontagne
Retour sur la vie et la carrière de Jacques Parizeau en 18 faits saillants:
  • 1. Naît à Montréal le 9 août 1930, dans un milieu aisé et bourgeois.
  • 2. Diplômé de l'École des hautes études commerciales (HEC), de l'Institut d'études politiques de Paris et de la Faculté de droit de Paris. Il obtient aussi un doctorat en économie à la London School of Economics.
  • 3. Revient à Montréal en 1955, où il enseigne aux HEC jusqu’en 1976.
  • 4. Épouse Alicja Poznanska, en 1956, une journaliste, criminologue et écrivaine d’origine polonaise. De cette union naissent deux enfants, Isabelle, qui deviendra avocate, et Bernard, aujourd’hui médecin. Sa première femme décède d’un cancer, en 1990.
  • 5. Conseille les gouvernements du Québec dans les années 1960. Il participe à la création de la Société générale de financement et de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il conseillera René Lévesque dans son projet de nationaliser l'électricité.
  • 6 .Se joint au Parti québécois de René Lévesque en 1969. Se présente en vain comme candidat pour le Parti québécois en 1970, dans Ahuntsic, et en 1973, dans Crémazie.
  • 7. Élu en novembre 1976 pour le Parti québécois dans l’Assomption. Il est nommé ministre des Finances la même année.
  • 8. Démissionne de ses fonctions de ministre en novembre 1984, puis de député quelques jours plus tard, après que René Lévesque se fut positionné en faveur d’un fédéralisme renouvelé. Il retourne enseigner aux HEC.
  • 9. Devient chef du Parti québécois en mars 1988.
  • 10. Élu à nouveau dans l’Assomption en 1989. Battu par Robert Bourassa, il devient chef de l’opposition officielle.
  • 11. Épouse Lisette Lapointe, en 1992, qui a été son attachée de presse en 1976. Elle sera élue députée dans Crémazie pour le Parti québécois de 2007 à 2011.
  • 12. Passe au pouvoir et devient le 26e premier ministre du Québec en septembre 1994. Il lance alors un processus référendaire sur la souveraineté du Québec.
  • 13. Tient le second référendum sur la souveraineté du Québec, le 30 octobre 1995. Le non l’emporte à 50,58 %. Bouleversé, Parizeau prononce un discours controversé dans lequel il affirme: «On a été battus, au fond, par quoi? Par l'argent puis des votes ethniques, essentiellement». Il démissionne au lendemain de cette défaite du Oui.
  • 14. Écrit et publie différents livres, dont Pour un Québec souverain en 1997, et Le Québec et la mondialisation: une bouteille à la mer?, en 1998.
  • 15. Nommé grand officier de l’Ordre national du Québec en 2008
  • 16. Dans sa première chronique au Journal, en 2013, il commente le projet de charte des valeurs du gouvernement Marois. Il affirme que l’interdiction du port de signes religieux aux employés de l'État va trop loin et plaide pour un retrait du crucifix de l'Assemblée nationale.
  • 17. Reçoit un doctorat honoris causa de l’Université de Montréal, en octobre 2014.
  • 18. Décède le 1er juin 2015, après avoir passé cinq mois à l’hôpital.