lundi, mai 11, 2015

Philippe Couillard plaide pour la spécificité du Québec

http://www.journaldequebec.com/

Philippe Couillard plaide pour la spécificité du Québec
PHOTO LES ARCHIVES, SIMON CLARK

Régys Caron
À l'occasion d'un discours historique prononcé lundi au parlement de l'Ontario, Philippe Couillard a prévenu le Canada qu'il devra un jour reconnaître la spécificité du Québec.
«Au fil des années et des décisions de la Cour suprême, les contours de la spécificité du Québec se sont précisés. Le Québec, unique État francophone en Amérique du Nord, culture unique, régime de droit civique, cette réalité évidente confirmée par la Cour appelle à une reconnaissance. Nos différences ne nous éloignent pas, elles nous avantagent», a déclaré le premier ministre Couillard devant les membres de l'Assemblée législative de l'Ontario.
Philippe Couillard a soigneusement évité d'évoquer l'accord du lac Meech signé en 1987 par le gouvernement fédéral et les 10 provinces canadiennes, avant d'être rejeté trois ans plus tard, faute d'unanimité au sein de la fédération. La reconnaissance du Québec comme société distincte était au coeur de cette entente.
Langue française
Dans un discours d'une trentaine de minutes prononcé principalement en français, Philippe Couillard a insisté sur la nécessité de renforcer la présence de la langue française au Canada. De 1980 à 2011, le nombre d'élèves inscrits dans des classes d'immersion française est passé de 23 000 à 342 000, un progrès significatif mais insuffisant a-t-il signifié.
«Les gouvernements (des autres provinces et du Canada) peuvent faire plus. Les recours judiciaires en éducation le démontrent. Nous devons insister sur les avantages du français pour chacune des régions du Canada. Le rayonnement de la langue française partout au Canada est un élément essentiel à la prospérité économique, sociale et culturelle du pays», a plaidé M. Couillard.
Il s'agissait de la première visite d'un premier ministre du Québec au Parlement de l'Ontario depuis le discours prononcé par Jean Lesage en février 1964.
M. Couillard fut chaudement applaudi par les députés ontariens.
Le chef du gouvernement du Québec a évoqué plusieurs références historiques: les premières nations, les découvertes et l'exploration de Samuel de Champlain, les collaborations entre Robert Baldwin et Louis-Hippolyte Lafontaine pour sceller l'union entre le Haut et le Bas-Canada en 1841 puis celle entre George-Étienne Cartier et John A Macdonald pour fonder la fédération canadienne en 1867.