lundi, avril 06, 2015

Péladeau franchit le cap des 10 000 nouveaux appuis

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Pierre-Karl Péladeau lors de son passage à l'émission Première Heure
Photo :  Radio-Canada / André-Anne Paré
Pierre-Karl Péladeau lors de son passage à l'émission Première Heure 
L'équipe de Pierre Karl Péladeau a dévoilé en exclusivité à Radio-Canada avoir franchi le cap des 10 000 adhésions ou renouvellements de membres. Les autres équipes sont aussi très actives sur le terrain, mais tout indique que le Parti québécois (PQ) ne parviendra pas à recruter autant de membres que lors de la dernière course à la direction du parti en 2005.
Un texte de Hugo LavalléeTwitterCourriel
À la sortie d'une station de métro de Montréal, l'équipe Pierre Karl Péladeau a sorti son arme de persuasion massive il y a quelques jours : Julie Snyder, la future épouse de Pierre Karl Péladeau, sollicite, en personne, les passants pour qu'ils adhèrent au Parti québécois. L'accueil est bon. En 30 minutes, elle réussit à recruter quatre nouveaux membres.
L'équipe PKP affirme avoir franchi le cap des 10 000 adhésions ou renouvellements depuis le lancement de sa campagne, ce qui la placerait, selon elle, au premier rang pour le recrutement de nouveaux membres.
« Là où ça compte, c'est sur le membership. Et c'est là qu'on considère qu'on est là où on voulait être, c'est-à-dire qu'on a beaucoup d'adhésions, beaucoup de nouveaux membres, on est en première position là-dessus. Mais on ne s'assoit pas là-dessus, la campagne n'est pas terminée », expose le président de la campagne de financement de Pierre Karl Péladeau, le député Pascal Bérubé.
Il est toutefois impossible toutefois de confirmer ces affirmations de manière indépendante. Le PQ refuse de commenter, et les autres équipes se montrent très réticentes à dévoiler leurs chiffres. Les clans de Martine Ouellet et d'Alexandre Cloutier soutiennent néanmoins être en plein blitz de vente de cartes de membre. Ils refusent de concéder la première place au favori de la course.
« On sent vraiment des adhésions très, très importantes, un effet boule de neige je vous dirais depuis quelques semaines assurément », soutien Véronique Hivon, qui est responsable du Plan de préparation de l'indépendance pour le clan Cloutier.
Bernard Drainville et Pierre Céré recrutent aussi de nouveaux adhérents, mais ils préfèrent surtout convaincre ceux qui sont déjà membres du parti.
Moins de membres qu'en 2005
Quoi qu'il en soit, le Parti québécois ne terminera pas la course avec 140 000 membres, comme ce fut le cas en 2005, lors de la victoire d'André Boisclair. Des sources affirment qu'au rythme où les cartes se vendent, le parti terminera la course avec au plus 70 000 membres en règle.
« Les gens ont l'impression que c'est contraignant être membre d'une formation politique. Alors, les gens n'osent pas trop, ils ont peur que cette information-là soit publique », explique Pascal Bérubé.
Le Parti québécois qui comptait sur sa course à la direction pour revigorer son membership devra donc se rabattre sur une nouvelle stratégie. Mince consolation pour le parti : le nombre d'adhésions plus faible que prévu plus permettra de réduire les coûts liés à l'organisation du vote.
Les candidats à la direction du Parti québécois ont jusqu'au 15 avril pour recruter de nouveaux membres qui seront habilités à voter pour le nouveau chef en mai.