Le Canada appuie «pleinement» l'offensive de Trump en Syrie

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-canadienne/

Publié le 07 avril 2017 à 08h22 | Mis à jour à 10h31
Justin Trudeau... (Sean Kilpatrick, archives PC)
Justin Trudeau
SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC
(Ottawa) Le Canada appuie l'offensive militaire lancée par les États-Unis jeudi soir contre une base aérienne en Syrie, a indiqué ce matin le premier ministre Justin Trudeau dans une déclaration écrite.
« Le Canada appuie pleinement l'intervention limitée et ciblée que les États-Unis ont menée pour affaiblir la capacité du régime Assad de perpétrer des attaques aux armes chimiques contre des civils innocents, dont de nombreux enfants. Le recours aux armes chimiques par le président Assad et les crimes que le régime syrien a commis contre sa propre population ne peuvent pas passer sous silence. Nous ne pouvons pas permettre que ces horribles attaques puissent continuer de se produire en toute impunité », a affirmé M. Trudeau, près de 12 heures après les frappes américaines.  
« Les attaques de cette semaine dans le sud d'Idlib et la souffrance des Syriens constituent un crime de guerre et sont inacceptables. Le Canada condamne toute utilisation d'armes chimiques. Le Canada continuera de soutenir les efforts diplomatiques en vue de résoudre la crise en Syrie », a ajouté le premier ministre.
M. Trudeau doit faire une déclaration à la Chambre des communes cet avant-midi sur le conflit syrien.
Le Parti conservateur a pour sa part déclaré qu'il soutient « pleinement les efforts déployés par les États-Unis pour empêcher les forces militaires de la Syrie de lancer d'autres attaques aux armes chimiques. »
« La communauté mondiale ne peut pas rester sans rien faire alors que des neurotoxines mortelles sont lâchées sur d'innocents civils », a soutenu la leader intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, dans un communiqué de presse.
« Jusqu'à présent, le premier ministre Trudeau a pris très peu de mesures concrètes pour tenir le gouvernement syrien, soutenu par la Russie, responsable de ses actes. La politique étrangère du Canada doit toujours reposer sur les principes de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de la primauté du droit. Nous devons absolument tenir Bachar al-Assad responsable de ses crimes contre l'humanité et soutenir nos alliés à cette fin », a-t-elle ajouté.  
Mme Ambrose a aussi critiqué l'impuissance de l'ONU dans le conflit syrien. « Contrairement à ce que croit le premier ministre, le Conseil de sécurité des Nations Unies s'est montré totalement inefficace pour régler le conflit syrien. En fait, le premier ministre et le gouvernement du Canada semblent avoir été tenus à l'écart de cette action par les États-Unis. » 
M. Trudeau, qui s'est fait l'apôtre du multilatéralisme depuis son arrivée au pouvoir en 2015, était de passage au siège des Nations unies hier à New York afin de rencontrer le nouveau secrétaire général Antonio Guterres, en poste depuis le 1er janvier. Cette rencontre a eu lieu quelques heures avant le début de l'offensive militaire des États-Unis en Syrie.
Dans un compte rendu officiel publié plus tôt ce matin, le bureau du premier ministre affirme que M. Trudeau a réaffirmé au secrétaire général « le solide engagement du Canada à renforcer davantage son partenariat avec les Nations unies pour faire face aux enjeux mondiaux ».