Information sur la politique 1

jeudi, avril 27, 2017

Enquête sur des libéraux bloquée: «c’est préoccupant», dit Philippe Pichet

http://www.journaldemontreal.com/



Philippe Pichet MONTRÉAL – Le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, s’est dit fortement préoccupé par les informations dévoilées par le président de la Fraternité des policiers, Yves Francoeur, lors d’une entrevue, jeudi matin.
Des accusations criminelles concernant des élus libéraux sont bloquées, a affirmé Yves Francoeur sur les ondes du 98,5 FM. Deux libéraux auraient fait l’objet d’une enquête criminelle en lien avec la mafia.
Toujours selon M. Francoeur, le processus judiciaire aurait subi de l’«obstruction» après que l’enquête eut été complétée.
«Quand on entend ce genre d’informations là, c’est sûr que c’est préoccupant, a dit M. Pichet en entrevue avec TVA Nouvelles. Dans le cours normal des choses, ça ne devrait pas arriver.»
Le chef du SPVM assure que personne ne peut donner l’ordre à des policiers de ne de pas enquêter sur un dossier. «Si je dois enquêter, je vais enquêter, a-t-il ajouté. Si on me donne une information, dont je n’ai pas juridiction, je vais donner cette information au bon endroit pour qu’on s’assure que les choses soient bien faites.»
Selon le chef de police, les enquêtes qui visent les élus relèvent de l’UPAC, «il faut laisser le temps aux gens de faire les vérifications», a précisé M. Pichet.
«Si quelque chose comme ça arrivait au niveau de mon service, comme on a eu dernièrement avec l’émission de «J.E.», il y a des actions à prendre pour vérifier les faits», a-t-il expliqué.
Philippe Pichet a affirmé ne pas être au courant des informations relayées par le président de la Fraternité. Il croit que celui-ci aurait eu accès à des informations privilégiées d’une personne qu’il connaît.
Les deux élus dont a parlé Yves Francoeur, auraient fait l’objet de filature et d’écoute électronique. Les faits qui leur sont reprochés concernent la fraude et du trafic d’influence dans le but de servir au financement du Parti libéral du Québec (PLQ), a également indiqué M. Francoeur au 98,5 FM.