Information sur la politique 1

jeudi, février 02, 2017

Funérailles des victimes de l'attentat de Québec : « Je ne vais jamais oublier cet appui de toute ma vie »

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 20 H 02
Des personnes attendent avant d'entrer dans l'aréna Maurice-Richard pour les funérailles des victimes de la tuerie de Québec.
Des personnes attendent avant d'entrer dans l'aréna Maurice-Richard
 pour les funérailles des victimes de la tuerie de Québec.
Photo : Radio-Canada/Laurence Niosi

Certains sont venus prier, d'autres voulaient faire preuve de solidarité avec une communauté musulmane durement éprouvée par la tragédie. Jeudi, des milliers de personnes ont passé les portes de l'aréna Maurice-Richard, à Montréal, pour dire un dernier adieu à trois des six victimes de la tuerie de la grande mosquée de Québec.
Un texte de Laurence Niosi
La file d’attente qui entrait au compte-gouttes dans l’enceinte n’a cessé de s’allonger, même après le début de la cérémonie. De nombreuses personnes ont attendu de longues minutes dans le froid pour rendre hommage à trois pères de famille - Abdelkrim Hassane, Khaled Belkacemi et Aboubaker Thabti - partis trop vite.
Croisés dans les rangs, il y avait des familles, des personnes seules, des jeunes venus entre amis. Tous avaient un message d’espoir et de solidarité, et surtout, ils n'avaient pas de rancune envers cette société québécoise qui les a accueillis.
« Je suis là depuis 30 ans, mais je n’ai jamais vu ça, c’est quelque chose de magnifique, de remarquable. Je ne vais jamais oublier [cet appui] de toute ma vie », a affirmé Mohamed, arrivé seul dès l’ouverture des portes.
Fellah, d’origine algérienne, mais qui se dit fièrement Canadienne, était là pour se recueillir. Elle aurait aimé également assister à une veillée, comme celles qui ont attiré plusieurs milliers de personnes à Québec et à Montréal au lendemain de l’attentat. Mais la jeune mère était « trop fâchée ».
« J’espère que [le tireur] sera jugé comme un terroriste. Ce n’est pas parce qu’il n’est pas musulman qu’il n’est [pas un terroriste] », dit-elle, la voix étranglée.
Beaucoup de non-musulmans ont aussi exprimé leur solidarité, jeudi après-midi. C’est le cas de Michel, Québécois « de souche » qui a « travaillé toute sa vie » avec des demandeurs d’asile, dont certains étaient musulmans.
Linda, de parents juifs et israéliens, était sur place pour « défendre la tolérance et le respect ». « On est tous venus au Canada pour une raison, et nous devons vivre selon ces valeurs », estime-t-elle.
Émotion
À l’intérieur de l’aréna Maurice-Richard, l’émotion était à son comble. Pendant la prière funéraire, des hommes – qui étaient majoritaires dans le parterre de l’enceinte - avaient peine à retenir leurs larmes. La cérémonie était célébrée selon les rites musulmans.

Venu prier, Muhammad, originaire du Pakistan, était ému de voir tous ces gens réunis. « C'est bien qu'on soit tous ensemble, parce qu'on est tous Canadiens », souligne l’homme de 66 ans.
Malgré les tristes événements, la plupart des hommes et des femmes réunis à l’aréna Maurice-Richard croient toujours à un « acte isolé » et se sentent en sécurité chez eux, au Canada.
C'est le cas de Salim, venu avec sa fille de 3 ans. « Le terroriste n’a fait que renforcer notre unité. Finalement, c'est nous les gagnants », conclut-il.