Élections partielles: sévère avertissement pour le gouvernement

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 05 décembre 2016 à 20h09 | Mis à jour le 06 décembre 2016 à 06h24
Dans Verdun, où sa candidate Isabelle Melançon l'a... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)
PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE
Dans Verdun, où sa candidate Isabelle Melançon l'a emporté, Philippe Couillard a clairement accusé le coup. « La composition de l'Assemblée nationale ne change pas » a-t-il soutenu d'entrée de jeu. Mais la déception était visible. « Bien sûr, on aurait souhaité un autre résultat, mais il y aura d'autres combats, d'autres rendez-vous », a-t-il soutenu en fin de soirée.

DENIS LESSARD
La Presse
(Québec) Pas de changements dans la distribution des sièges à l'Assemblée nationale. Les quatre circonscriptions en jeu dans les élections complémentaires, lundi, n'ont pas changé de couleur. Mais le gouvernement libéral a reçu un très sévère avertissement des électeurs, clairement en recul dans chacune des circonscriptions disputées.
Dans Verdun, Philippe Couillard a clairement accusé le coup. «La composition de l'Assemblée nationale ne change pas» a-t-il soutenu d'entrée de jeu. Mais la déception était visible. «Bien sûr, on aurait souhaité un autre résultat, mais il y aura d'autres combats, d'autres rendez-vous», a-t-il soutenu en fin de soirée, promettant de «garder le cap» mais «d'écouter encore plus nos citoyens» à l'avenir.
Car dans cette circonscription de Verdun, où le Parti libéral du Québec (PLQ) pensait écraser ses adversaires, la candidate Isabelle Mélançon a récolté 35% des suffrages au moment de mettre sous presse, une majorité de 766 voix sur le candidat du Parti québécois (PQ), Richard Langlais, qui obtient 27% des votes. Aux élections générales de 2014, dans cette circonscription, l'ex-ministre Jacques Daoust avait récolté plus de 50% des voix, avec une majorité de près de 9000 votes. Lorraine Pintal, une vedette pour le PQ en 2014, avait moins bien fait que le candidat Langlai, lundi.
Au surplus dans ce bastion libéral, une coalition entre le PQ et Québec solidaire (QS) l'aurait facilement emporté; Véronique Martineau, la candidate solidaire, a raflé près de 20% des suffrages, un record pour le tiers parti.
La CAQ évite un blanchissage
Dans Arthabaska, où les libéraux avaient des espoirs de victoire, les millions investis à la onzième heure à l'Hôpital de Victoriaville et l'appui de la soeur de la regrettée Sylvie Roy n'auront pas permis au candidat libéral Luc Dastous de l'emporter.

François Legault, qui a travaillé jusqu'à la dernière minute dans la circonscription a gagné son pari et évité un blanchissage qui aurait été dévastateur pour sa formation. Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), Éric Lefebvre, l'a emporté très clairement avec 46% des suffrages, juste au-dessus du score de Sylvie Roy à la générale d'avril 2014. Avec 27% d'appui, le libéral Dastous est en déficit de trois points sur son score de 2014.
Clairement soulagé, François Legault a souligné le travail acharné d'Éric Lefebvre. «On doit avoir la même recette d'ici les élections de 2018», rappelant le score impressionnant de 46% des voix de son candidat et «l'écrasement» du vote libéral. La perte d'Arthabaska aurait été un constat très cruel pour le chef caquiste qui ne pouvait se permettre un blanchissage lundi soir.
Le PQ dans marie-victorin
Dans Marie-Victorin, sans surprise, Catherine Fournier, candidate péquiste, a gagné très facilement, avec plus de 52% des voix. Fait singulier, les trois autres partis se trouvent bien loin, au coude-à-coude. Le candidat de QS, Carl Lévesque, est deuxième avec 15% des voix, suivi de Julie Chapdelaine, de la CAQ, avec 14%. Le PLQ termine quatrième dans cette circonscription de la Rive-Sud de Montréal, avec un famélique 12% des suffrages. Aux générales de 2014, Bernard Drainville l'avait emporté avec 38% des suffrages, mais les libéraux avaient alors terminé deuxièmes avec 26% des voix.
Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, remporte presque son pari : améliorer le résultat de son parti dans chacune des quatre circonscriptions. Lundi, le PQ a fait mieux dans trois circonscriptions et fait le même score qu'il y a deux ans dans Arthabaska. «On a vécu dangereusement au Parti québécois, on a changé de chef, mais on est plus forts que jamais, on est soudés» a-t-il lancé.
«Aujourd'hui, les Québécois ont décidé d'envoyer un signal de changement» et fait la démonstration qu'ils «en ont assez d'un gouvernement qui va de scandale en scandale». Pour ce renouveau, «il n'y a pas de meilleur symbole que Catherine Fournier, la plus jeune femme élue à l'Assemblée nationale», de rappeler le chef péquiste.
Dans Saint-Jérôme, sans grande surprise, le péquiste Marc Bourcier l'a emporté sur le caquiste Bruno Laroche. Pierre Karl Péladeau avait récolté 37% des sièges en 2014 dans cette circonscription naturelle pour le PQ; M. Bourcier frôle, lui, les 50%. L'élu municipal Bruno Laroche, de la CAQ, finit deuxième avec un solide 35 % des suffrages, dans une circonscription remportée en 2012 par la vedette caquiste Jacques Duchesneau.
Encore une fois, dans l'ancienne circonscription de Pierre Karl Péladeau, le vote libéral a fondu sans appel. Naomie Goyette a récolté près de 10% des voix, soit deux fois moins, en proportion, qu'Armand Dubois qui portait les couleurs du PLQ en 2014.