Jean-François Lisée mise sur la métropole

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 02 octobre 2016 à 16h04 | Mis à jour le 02 octobre 2016 à 19h45
Jean-François Lisée, candidat à la direction du PQ... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)
Jean-François Lisée, candidat à la direction du PQPHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE
Augmentation du nombre de logements sociaux, prolongement de la ligne bleue, modernisation de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont... le candidat à la direction du Parti québécois Jean-François Lisée a présenté, dimanche après-midi, sa liste de priorités pour Montréal s'il est élu chef vendredi prochain.
Entouré d'une vingtaine de Montréalais influents et de membres du mouvement souverainiste, M. Lisée a expliqué comment il entendrait « relancer » la métropole dont l'expansion a été « freinée par de mauvaises décisions du gouvernement Couillard ». 
L'ex-ministre de la Métropole sous Pauline Marois entend miser sur l'habitation (1500 logements sociaux par an), la francisation (soutenir les petites et moyennes entreprises), l'éducation (assurer une place en CPE aux enfants en difficulté), l'économie (stratégie de rétention des sièges sociaux), le transport collectif (prolonger la ligne bleue du métro), la santé (moderniser l'hôpital Maisonneuve-Rosemont) et le Stade olympique (appels d'offres pour la construction d'un toit fixe). Un plan ambitieux et coûteux. 
« Il n'y a rien qu'on ne peut pas faire en quatre ans », a répondu M. Lisée. « L'état québécois investit 10 milliards de dollars en infrastructures par année. Donc, ce sont des choix. Le ministre Barrette a décidé de ne pas investir dans l'hôpital Maisonneuve-Rosemont. Il a investi ailleurs. On sait que tous les projets sont bons, mais lorsqu'on a l'hôpital le plus vétuste à Montréal, ça devrait être le premier sur la liste », a-t-il donné en exemple. 
Parmi la vingtaine de personnalités qui l'entouraient, notons la présence de l'ancien ministre Jacques Léonard, de l'écrivaine et essayiste Djemila Benhabib, et de plusieurs présidents d'exécutifs de circonscriptions montréalaises. Tous ont pris la parole pour justifier leur appui ; les prises de position de Jean-François Lisée sur la souveraineté et sur la laïcité ayant influencé la plupart d'entre eux.
Jean-François Lisée s'est engagé dès le début de la course à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat, a présenté une nouvelle politique de laïcité et a proposé une discussion sur le port du voile intégral. 
Remontée de Lisée dans un sondage
Par ailleurs, dans un sondage Léger/Le Journal/Le Devoir mené la semaine dernière, Jean-François Lisée et Alexandre Cloutier sont maintenant au coude-à-coude avec respectivement 29 % et 31 % des intentions de vote des partisans du PQ. Ce qui démontre une remontée pour Lisée à une semaine du vote. Or, près de 30 % des sympathisants péquistes ont refusé de se commettre. 
« Il y a des gens qui au début de la course [...] se sont attachés à la personnalité d'Alexandre Cloutier, et qui ont un peu laissé tomber le débat. Et à l'approche du vote, ils reconsidèrent leur vote. Avant de passer d'Alexandre à moi, ils passent par un endroit neutre que l'on appelle les indécis », a commenté M. Lisée, qui compte faire le plein de votes cette semaine. « Je vise les indécis. »