SONDAGE LÉGER La course de Cloutier plafonne

http://www.ledevoir.com/

Les aspirants chefs Ouellet et Lisée font le plein d’appuis chez les péquistes

3 septembre 2016 |Marco Fortier
Alexandre Cloutier
Photo: Jacques Nadeau Le DevoirAlexandre Cloutier
La campagne du meneur dans la course à la chefferie du Parti québécois (PQ), Alexandre Cloutier, semble plafonner. L’abandon de Véronique Hivon pour des raisons de santé profite à Martine Ouellet et à Jean-François Lisée, qui ont fait le plein d’appuis durant l’été.

Le député de Lac-Saint-Jean a gardé son avance auprès des sympathisants péquistes, avec 39 % d’appuis, tandis que M. Lisée suit désormais avec 23 % et Martine Ouellet, avec 18 %, révèle un sondage Léger mené pour Le Devoir et Le Journal de MontréalL’avocat et auteur Paul St-Pierre Plamondon, seul aspirant-chef issu de l’extérieur des rangs du PQ, reste très loin derrière, avec 1 % des intentions de vote des partisans péquistes.

La députée Martine Ouellet a gagné 11 points depuis le dernier coup de sonde de Léger, en juin. Son collègue Jean-François Lisée a gagné 8 points. Alexandre Cloutier, lui, a monté de 2 points.

« Le départ de Mme Hivon n’a pas avantagé Alexandre Cloutier, mais a plutôt rebrassé les cartes. La course est serrée. Le départ de Mme Hivon vient relancer cette course-là », analyse Christian Bourque, vice-président et associé chez Léger.

Le sondage a été effectué par Internet auprès de 1006 répondants, entre le 29 août et le 1er septembre. Un sondage probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 %, 19 fois sur 20.

Une véritable chasse aux indécis s’amorce d’ici à l’élection du chef péquiste dans près d’un mois, le 7 octobre, explique Christian Bourque. Près d’un sympathisant du parti sur cinq (19 %) n’appuie aucun candidat ou ne sait pas pour qui voter. Ces indécis détiennent sans doute la clé qui permettra au prochain chef d’accéder aux plus hautes fonctions au PQ.

Le nombre d’indécis a baissé de 7 points depuis le mois de juin, mais les appuis à Alexandre Cloutier ont grimpé de 2 points, ce qui fait dire à la firme Léger que la campagne du meneur« ne progresse pas ».

Sprint d’un mois

La course à la chefferie est passée en deuxième vitesse cette semaine avec la rentrée scolaire. Les candidats avaient parfois l’impression de prêcher dans le désert en sillonnant le Québec durant les vacances d’été.

Les candidats s’opposeront dans un premier débat, le 6 septembre à l’Université de Montréal, à l’invitation du comité national des jeunes du PQ. D’autres débats auront lieu les 11 et 25 septembre (à Sherbrooke et à Montréal).

Dans l’éventualité d’un second ou d’un troisième tour lors du scrutin du mois prochain, Alexandre Cloutier garderait son avance avec 39 % et 48 % des voix, selon le sondage. M. Cloutier est le deuxième choix de 52 % des partisans de Jean-François Lisée et de 49 % des partisans de Martine Ouellet.

Un référendum ? Bof !

Mme Ouellet est la seule candidate à promettre un référendum durant le premier mandat d’un gouvernement du Parti québécois. Son empressement est un pari risqué, parce que les souverainistes ne sont pas emballés par l’idée de tenir un référendum rapide.

Quelque 36 % des gens voteraient Oui à un référendum sur la souveraineté, selon le sondage. Parmi ces 36 % d’électeurs, 45 % souhaitent que le PQ s’engage à tenir rapidement un référendum sur la souveraineté. « Moins de la moitié des souverainistes veulent un référendum rapide », résume Christian Bourque.

L’appétit référendaire des souverainistes est plutôt faible, et ils feraient face à un adversaire redoutable dans une campagne sur l’indépendance du Québec : Justin Trudeau reste au zénith, le politicien le plus populaire du Canada, y compris au Québec. Le Parti libéral du Canada demeure largement en tête au pays avec 53 % des intentions de vote, devant le Parti conservateur (25 %), le Nouveau Parti démocratique (12 %) et le Parti vert (5 %).

Couillard au neutre

Le sondage sur les intentions de vote au fédéral a été mené sur Internet à partir d’un échantillon de 1535 Canadiens. Un tel échantillon, s’il était probabiliste, comporterait une marge d’erreur de 2,5 %, 19 fois sur 20.

Six Canadiens sur 10 sont satisfaits du gouvernement Trudeau. Même les sympathisants des partis adverses sont contents : 53 % des électeurs néodémocrates sont satisfaits du gouvernement libéral. Au Québec, 49 % des partisans bloquistes aiment le gouvernement Trudeau.

Le gouvernement Couillard doit se contenter d’une popularité moins flamboyante. Les intentions de vote ont peu bougé depuis le début de l’année au Québec. Le Parti libéral du Québec (PLQ) reste en avance avec 34 % des voix, devant le Parti québécois (29 %), la Coalition avenir Québec (23 %) et Québec solidaire (10 %).

La démission récente du ministre Jacques Daoust, empêtré dans des contradictions autour de l’achat de Rona par l’américaine Lowe’s, a eu peu d’impact sur l’humeur des électeurs. Philippe Couillard a sans doute sauvé les meubles en refusant de réitérer sa confiance en M. Daoust, ce qui a mené au départ du ministre, estime le sondeur Christian Bourque.

Fait à noter, la CAQ est en tête à Québec (40 %), le PLQ à Montréal (41 %) et le PQ dans le reste du Québec (35 %). Chez l’ensemble des électeurs francophones — une donnée cruciale parce que la majorité des 125 circonscriptions sont fortement francophones —, le PQ domine avec 36 %, suivi par la CAQ à 28 % et le PLQ à 21 %.