Information sur la politique 1

jeudi, septembre 08, 2016

Lisée récolte des appuis du camp Hivon

http://www.ledevoir.com/politique/


Quatre députés se joignent à la campagne du candidat à la chefferie du PQ, tandis que le meneur, Alexandre Cloutier, compte 12 appuis chez les élus


8 septembre 2016 |Marco Fortier | Québec

Jean-François Lisée a rencontré les médias mercredi après-midi avec les quatre députés qui l'appuient.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir
Jean-François Lisée a rencontré les médias mercredi après-midi avec les quatre députés qui l'appuient.

La campagne à la chefferie de Jean-François Lisée a obtenu l’appui de quatre députés péquistes, dont trois issus du camp de Véronique Hivon, qui estiment que leur collègue est le mieux placé pour « transformer le Parti québécois ».

L’aspirant-chef du PQ s’est présenté mercredi dans son fief de Rosemont avec les élus Carole Poirier, Mathieu Traversy, André Villeneuve et Alain Therrien. Ils ont vanté son expérience, ses qualités de rassembleur et sa campagne à la chefferie menée avec aplomb.

Il s’agit des quatre premiers appuis de députés pour Jean-François Lisée, qui obtient 23 % des intentions de vote des sympathisants péquistes, selon un sondage Léger publié samedi dans Le Devoir. Douze députés péquistes appuient Alexandre Cloutier, qui est en tête avec 39 % des voix. Martine Ouellet (18 % des intentions de vote) et Paul Saint-Pierre Plamondon (1 %) n’ont à ce jour aucun appui au sein des élus du PQ.

« Je veux que le Parti québécois change, je veux qu’il se transforme. Véronique Hivon parlait de faire de la politique autrement », a dit mercredi Mathieu Traversy, député de Terrebonne âgé de 32 ans.

« Clairement [Jean-François Lisée] est le candidat en qui j’ai le moins de doute qu’il sera capable d’y parvenir. Il y a d’autres candidats à qui j’ai posé des questions, avec qui j’ai eu de bonnes discussions, mais j’ai encore des doutes sur certains, sur leur capacité à aller jusqu’au bout de leurs ambitions. Je sens que M. Lisée a toute cette liberté, qu’il est capable d’aller jusqu’au bout de ses ambitions », a-t-il ajouté.

Opération de séduction

Les quatre députés pro-Lisée avaient appuyé la candidature de Bernard Drainville lors de la course à la direction du PQ qui avait couronné Pierre Karl Péladeau l’an dernier. Cette fois, trois d’entre eux appuyaient Véronique Hivon — Alain Therrien était resté neutre jusqu’à maintenant. Ils se rallient désormais à Jean-François Lisée. Ils ont nié appartenir à un mouvement « n’importe qui sauf Alexandre Cloutier ».

Les députés Sylvain Pagé et Claude Cousineau, qui appuyaient Véronique Hivon, ont besoin de temps pour réfléchir avant de se joindre à un autre candidat. Ils sont courtisés par tous les aspirants-chefs, pour qui l’appui d’un élu a une valeur considérable : un député arrive avec sa machine de circonscription pour faire du porte-à-porte et amasser des fonds, notamment.

La chasse aux nouveaux membres est toutefois mise en veilleuse, parce que les membres recrutés à partir de maintenant n’auront pas le droit de vote au scrutin du 7 octobre, selon les règles du parti.

Jean-François Lisée estime mener une « campagne ascendante ». Il compte annoncer au cours des prochains jours une série d’appuis au sein des militants des régions. « La porte est ouverte jusqu’au dernier jour » pour les sympathisants péquistes, y compris les élus Sylvain Pagé et Claude Cousineau, a dit M. Lisée.

Stratégie référendaire

Les quatre élus qui se sont ralliés mercredi ont dit du bien de la stratégie indépendantiste de Jean-François Lisée, qui s’engage à ne pas tenir de référendum avant l’année 2022, dans un deuxième mandat péquiste. Alain Therrien fait partie d’un groupe de députés qui a proposé en mai la tenue d’un référendum à deux choix : l’indépendance ou le renouvellement du fédéralisme. « À l’époque, j’avais salué l’effort intellectuel de mes collègues, mais j’avais jugé que leur proposition n’était pas praticable. Je suis content qu’Alain se rallie », dit M. Lisée.