Les candidats à la direction du PQ courtisent la jeunesse

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

PUBLIÉ LE MARDI 6 SEPTEMBRE 2016 À 14 H 32
Les candidats à la direction du PQ : Jean-François Lisée, Paul St-Pierre Plamondon, Martine Ouellet et Alexandre Cloutier réunis à l'Université de Montréal pour un débat.
Les candidats à la direction du PQ : Jean-François Lisée, Paul St-Pierre Plamondon,
 Martine Ouellet et Alexandre Cloutier
 réunis à l'Université de Montréal pour un débat. 
 
PHOTO : RADIO-CANADA

Arrêtons de s'en faire avec la dette dit @martineouellet ;c'est un argument contre l'indépendance. Il faut arrêter de se faire des peurs
Disant vouloir créer le « meilleur système d'éducation au monde », M. Cloutier a plutôt proposé la gratuité scolaire à l'université pour 50 % des familles, pour que « quiconque puisse aller à l'université sans égard à l'épaisseur de son portefeuille ». Il a aussi plaidé pour la gratuité du matériel scolaire à tous les niveaux.
Rappelant qu'il avait défendu les « carrés rouges » lors du conflit étudiant du printemps 2012, Paul St-Pierre Plamondon a plutôt fait valoir la nécessité de réinvestir dans les universités et il a invité ses collègues à ne pas tomber dans la « surenchère ».
« Regardons la capacité budgétaire de l'État », a-t-il laissé tomber, en évoquant le spectre de Bob Rae, dont le gouvernement néo-démocrate a plongé l'Ontario dans le rouge au début des années 90.
Cette portion du débat a par ailleurs donné lieu à une première attaque de M. Cloutier envers M. Lisée. Le député de Lac-Saint-Jean a soutenu que son adversaire avait déjà proposé de moduler les frais de scolarité selon les programmes universitaires.
M. Lisée a répondu qu'il réfléchissait aux questions d'accès à l'éducation supérieure depuis 20 ans, mais il n'a guère eu le temps de développer ses idées avant que le temps de ce débat soit écoulé.
« T'es rendu où, sur Anticosti? »
Les attaques les plus senties contre Alexandre Cloutier sont venues de Martine Ouellet. Dès la première portion du débat, consacrée à l'économie et au développement durable, elle a soutenu que son collègue avait vacillé au sujet du bien-fondé de faire des forages sur l'île d'Anticosti.
Après lui avoir rappelé qu'il s'était d'abord prononcé contre ce projet, elle lui a lancé : « Tu as voté pour les trois forages sur l'île Anticosti » en février. « T'es rendu où, sur Anticosti? », a ajouté l'ex-ministre des Ressources naturelles du gouvernement Marois, en lui demandant comment il voterait si la même question lui était posée aujourd'hui. 
M. Cloutier a rappelé qu'il venait de dire clairement que, avec un Parti québécois dirigé par lui, « ce sera non au pétrole de schiste, non au gaz de schiste et non aux hydrocarbures ».
Cette réponse n'a cependant pas satisfait Mme Ouellet, qui a rétorqué : « Pas de réponse. » Visiblement agacé, M. Cloutier a répliqué : « J'ai dit non, Martine. Il me semble que c'est clair! »
Les deux candidats à la succession de Pierre Karl Péladeau ont aussi eu un vif échange vers la fin du débat, lorsque Mme Ouellet a accusé M. Cloutier de réclamer « un chèque en blanc » aux militants péquistes.
Lorsque M. Cloutier a rétorqué qu'il entend lancer huit chantiers sur l'indépendance dès le mois d'octobre, advenant qu'il remporte la course, Mme Ouellet s'est impatientée et s'est exclamée : « On les a, les réponses. » M. Cloutier lui a répondu du tac au tac : « Non, on ne les a pas. »
Il reste 4 éternités avant la prochaine élection pour que le mouvement souverainiste se prenne en main, dit @alexcloutier