Information sur la politique 1

vendredi, août 26, 2016

Retrait de Véronique Hivon : réactions dans l'Est du Québec

http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 16 H 15
Véronique Hivon lors de l'annonce de sa candidature à la course au leadership du Parti québécois en mai dernier.
Véronique Hivon lors de l'annonce de sa candidature à
 la course au leadership du Parti québécois en mai dernier. 
 
PHOTO : PRESSE CANADIENNE/GRAHAM HUGHES
Véronique Hivon abandonne la course à la direction du PQ pour des raisons de santé. Des militants de l'Est du Québec disent perdre une excellente candidate.
L'ancienne présidente régionale du Parti québécois, la rimouskoise Carole Boucher a milité pour Véronique Hivon. Elle croit que ce retrait est bien triste puisque tous les scénarios étaient possibles à l'issue de cette course en octobre prochain.
Carole Boucher ajoute que sa manière de faire de la politique était inspirante. « En fait, je suis totalement abasourdie et surtout extrêmement triste. Parce que Véronique était... est toujours une personne inspirante qui m'a donné envie d'embarquer dans cette course-là avec elle. Son message me rejoignait et sa façon de faire de la politique aussi », affirme-t-elle.
Thomas Briand Gionest, ancien président de l'AGECAR
Thomas Briand-Gionest, ancien président de l'AGECAR   PHOTO : ICI RADIO-CANADA
L'ancien président de l'Association générale des étudiantes et étudiants de l'Université du Québec à Rimouski (AGEQAR) et militant péquiste, Thomas Briand-Gionest se dit être triste du retrait de Véronique Hivon.
« Je pense que madame Hivon relevait le contenu de cette course. Ce qui m'interpellait dans sa candidature est son attachement à une réforme démocratique du Parti québécois et de la politique en général. Et je pense que notre parti en a grandement besoin », souligne-t-il.
Rappelons que Véronique Hivon souffre d'une infection virale aiguë depuis une dizaine de jours. Sa condition s'est détériorée et c'est pourquoi la députée de Joliette doit suspendre toutes ses activités pour une période supplémentaire minimale de quatre semaines.