samedi, janvier 30, 2016

Une Britannique condamnée pour avoir tenté d'enrôler son bébé dans l'EI

http://www.lapresse.ca/le-soleil/monde/

Publié le 29 janvier 2016 à 15h59 | Mis à jour le 29 janvier 2016 à 15h59
Tareena Shakil, 26 ans, a également été reconnue... (PHOTO AFP)
Tareena Shakil, 26 ans, 
 PHOTO AFP

Tareena Shakil, 26 ans, a également été reconnue coupable d'inciter à des actes terroristes par un tribunal de Birmingham.

SYLVIA HUI
Associated Press
Londres
Une Britannique a été reconnue coupable d'avoir emmené son bébé à l'étranger pour qu'il soit enrôlé au sein du groupe armé État islamique, devenant la première femme à être condamnée pour de telles accusations.
Tareena Shakil, 26 ans, a été condamnée pour avoir adhéré au groupe extrémiste et avoir incité à des actes terroristes. Elle recevra sa peine lundi.
Selon les policiers, en octobre 2014, elle et son fils d'un an étaient montés à bord d'un avion vers la Turquie et de là, ils se sont rendus en Syrie pour y passer trois mois.
L'escouade antiterroriste l'a arrêtée à l'aéroport Heathrow de Londres, en février, la soupçonnant d'infractions terroristes et de négligence à l'égard d'un enfant. Son fils a depuis été placé en centre d'accueil.
Lors de son procès, Mme Shakil a nié les accusations, affirmant qu'elle avait simplement voulu aller en Syrie pour vivre sur un territoire soumis à la loi islamique. Mais une photo sur son téléphone la montrait, posant avec une arme à feu et une cagoule du groupe extrémiste. Sur une autre image, on pouvait la voir près d'un drapeau du groupe armé État islamique.
Les policiers indiquent également qu'elle avait envoyé une série de micromessages sur son compte Twitter avant qu'elle ne quitte le Royaume-Uni, afin d'encourager les gens à commettre des actes terroristes.
«Notre analyse est qu'elle n'était pas naïve; elle avait certainement des intentions claires lorsqu'elle a quitté le Royaume-Uni», a affirmé Marcus Beale, du service de police de West Midlands. Selon lui, elle «posait une véritable menace» pour le pays à son retour.
Comme plusieurs pays européens, le Royaume-Uni se préoccupe de plus en plus de ses résidants - surtout des jeunes - qui se rendent en Syrie pour combattre aux côtés du groupe armé État islamique. Selon des chiffres dévoilés ce mois-ci, le nombre de filles et de femmes qui s'enrôlent augmente. Depuis le début de l'année, 56 d'entre elles auraient fait le voyage vers la Syrie.