vendredi, décembre 18, 2015

PKP en politique : Québecor peut agir pour préserver l'indépendance journalistique

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

Mise à jour le jeudi 17 décembre 2015 à 15 h 25 HNE  Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau
Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau  Photo :  Radio-Canada/Mathieu Arsenault

Le Centre d'études sur les médias (CEM) vient de rendre publique une étude indépendante sur la situation « exceptionnelle » créée par l'élection de Pierre Karl Péladeau, actionnaire majoritaire de Québecor, à la tête du Parti québécois et en tant que député de Saint-Jérôme.
« Il faut protéger les médias et les journalistes des pressions indues du propriétaire », affirment les auteurs de l'étude en expliquant que Québecor peut prendre des mesures en ce sens, afin de protéger « l'indépendance des journalistes et des dirigeants de rédactions ». Ils soulignent l'importance de la reprise du débat public et posent la question d'une éventuelle intervention de l'État.
« M. Péladeau est l'actionnaire de contrôle du groupe Québecor, acteur de premier plan du milieu des communications et de la culture. Québecor possède notamment TVA, le réseau de télévision le plus regardé au Québec, ainsi que deux grands quotidiens, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec. »— Extrait de l'introduction du rapport du CEM intitulé Réflexions et mise en contexte de la situation créée par l'élection de M.Pierre Karl Péladeau

Au vu de la situation particulière de M. Péladeau, tant dans le paysage politique que dans le paysage médiatique du Québec, les auteurs proposent d'explorer trois pistes de solutions :
  • l'intervention législative ou réglementaire;
  • les mesures que pourrait prendre Québecor;
  • la régulation par le débat public.
« [...] Comment s'assurer que l'élu ne puisse favoriser ses entreprises et ses intérêts financiers? Et comment s'assurer que les médias contrôlés par l'élu ne favorisent pas son parti? »— Extrait de la conclusion du rapport

Donc, d'une part, les auteurs, Colette Brin, Florian Sauvageau et Daniel Giroux, estiment qu'une éventuelle intervention législative du gouvernement doit être universelle et ne peut s'appliquer qu'au seul cas de Québecor. Et ce, pour préserver l'indépendance des journalistes; non seulement ceux de Québecor, mais de l'ensemble de l'univers médiatique de la province.
Des actions, au-delà des promesses
D'autre part, le conseil d'administration de Québecor doit aller « au-delà des promesses générales de non-intervention », disent les auteurs de l'étude. À cet égard, ces derniers citent en exemple le quotidien Financial Times au sein duquel plus de 200 journalistes ont demandé à leur nouveau propriétaire, le groupe japonais d'informations financières Nikkei, de « formaliser sa garantie d'indépendance éditoriale ».
Selon le document, un mécanisme interne assurant l'indépendance journalistique pourrait être mis en place par le conseil d'administration de Québecor.
Les chercheurs donnent l'exemple de l'agence Bloomberg, qui a nommé un responsable de la couverture quand le propriétaire de l'entreprise, Michael Bloomberg, est devenu maire de New York.
Le New York Times, le Globe and Mail et le Toronto Star ont chacun un poste d'éditeur public qui, s'il était créé chez Québecor, pourrait évaluer chaque année l'application d'un « contrat d'indépendance journalistique » qui serait conclu entre le propriétaire et les responsables de ses rédactions.
Jeudi, M. Sauvageau a estimé que les conventions collectives des employés des salles de nouvelles de Québecor sont insuffisantes pour répondre aux inquiétudes soulevées par la situation de M. Péladeau.
« S'il y avait des mesures prises par le conseil d'administration, ce serait préférable à la situation actuelle », affirme Florian Sauvageau.
Enfin, en ce qui a trait à la régulation par le débat public, les auteurs rappellent l'importance des conseils de presse, des ombudsmans, des « éditeurs publics » et des autres mécanismes de supervision. « La vigilance du public, elle-même alimentée par ces divers mécanismes et par la critique des médias, de plus en plus présente sur les réseaux sociaux, est aussi essentielle », écrivent-ils.
Refus de la « joute politique »
En décembre, l'an dernier, le CEM avait refusé l'offre du gouvernement de Philippe Couillard de mener une réflexion sur la concentration des médias, dans la foulée du cas de Pierre Karl Péladeau. Le CEM considérait ainsi qu'il évitait de se prêter à une « joute politique ».
Le fait que les différents partis politiques n'étaient pas parvenus à s'entendre sur le mandat à confier au CEM avait aussi motivé ce dernier à ne pas donner suite à l'offre du gouvernement. C'est dans ce contexte que le Centre avait choisi de mener plutôt une étude indépendante, sans formuler de recommandations.
Pierre Karl Péladeau ne voit pas de problèmes
En entrevue à l'émission Gravel le matin, sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première, jeudi, après que l'animateur eut mis en relief que Québecor constituait 40 % du poids médiatique au Québec, Pierre Karl Péladeau a rétorqué qu'il n'était « plus aux affaires ». 
« Je ne suis pas obligé de suivre les éléments prévus dans le code d'éthique, puisque je ne suis pas membre du Conseil des ministres, mais j'ai pris l'engagement publiquement [...] de confier les actions dans un mandat sans droit de regard », a-t-il déclaré.
« Moi je me promène partout au Québec et il n'y a personne qui soulève ce point-là. Cette apparence [de conflit d'intérêts] auquel vous faites référence, honnêtement, c'est dans le radar de personne. »— Pierre Karl Péladeau

En entrevue à l'émission 24|60, il a affirmé qu'il rencontre « le test de la loi », ajoutant qu'au final, ce sont les électeurs qui décideront. « C'est éventuellement la sanction politique qui va venir trancher ce débat », a déclaré M. Péladeau.