samedi, décembre 05, 2015

Le discours du Trône calqué sur les engagements électoraux des libéraux

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le vendredi 04 décembre 2015 à 18h28. Modifié par Danielle Arsenault à 18h53.
Le discours du Trône calqué sur les engagements électoraux des libéraux
OTTAWA - Chose promise, chose due: le gouvernement libéral avait laissé entendre que le discours du Trône serait fidèle à ses promesses électorales.
On en parle en ondes :
Écouter
Mis en ligne le vendredi 04 décembre 2015 dans Montréal maintenant avec Paul Houde
Le texte livré vendredi par le gouverneur général au nom du nouveau gouvernement fédéral a donc repris, sans surprise, les principaux engagements électoraux des libéraux.
Diminution d'impôt pour la classe moyenne, enquête sur les femmes autochtones disparues et assassinées, accueil de 25 000 réfugiés syriens d'ici février 2016, négociations avec les provinces pour améliorer les régimes de pension et fixer les transferts en santé — les grandes promesses électorales se retrouvent toutes dans ce discours.

Le texte, lu par David Johnston au Sénat, rappelle que la «priorité immédiate» du gouvernement de Justin Trudeau est une baisse d'impôt pour la classe moyenne.

«Pour l'économie canadienne, il s'agit d'une mesure équitable et judicieuse», indique le gouvernement dans son discours.

Dès la semaine prochaine, les Communes siégeront le temps d'adopter une motion de voies et moyens qui mettra en vigueur cette baisse d'impôt. Les libéraux ont promis en campagne de faire passer de 22 à 20,5 pour cent le taux d'imposition des Canadiens dont le revenu annuel se situe entre 44 701 $ et 89 401 $ et de créer une nouvelle tranche d'imposition de 33 pour cent pour ceux dont le salaire annuel dépasse les 200 000 $.

Dans son discours du Trône, le gouvernement poursuit en affirmant que la nouvelle Allocation canadienne aux enfants lui permettra de remplir son engagement «d'accorder une aide directe à ceux qui en ont besoin en donnant moins à ceux pour qui ce n'est pas le cas».

Il rappelle les investissements «majeurs» qu'il a promis pour les infrastructures — vertes et sociales — de même que les investissements dans les technologies propres qu'il entend faire.

Au plan de l'environnement, le gouvernement réitère son intention de mettre en place de nouveaux processus d'évaluation environnementale et celle d'exercer «un leadership» pour que le Canada mette un prix sur le carbone.

Les troupes de Justin Trudeau confirment par ailleurs leur intention de consulter la population sur une réforme du mode de scrutin, pour «faire en sorte que l'élection de 2015 aura été la dernière à être menée selon le système électoral majoritaire à un tour», a prononcé M. Johnston.

Reprenant les promesses libérales concernant les peuples autochtones, il a signalé que le «gouvernement rétablira la relation de nation à nation», lancera une «enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées» et s'assurera que tout enfant des Premières Nations «reçoive une éducation de qualité».

Au plan de la sécurité, sans parler spécifiquement de Loi C-51, le gouvernement promet de «travailler à assurer la sécurité de la population tout en protégeant les droits et libertés que nous chérissons». En campagne, les libéraux s'étaient engagés à retirer certaines dispositions de cette loi controversée portant sur la lutte contre le terrorisme.

Le gouvernement évoque notamment son intention de légaliser et réglementer la consommation de marijuana tout en limitant l'accès à cette substance.

Il signale qu'il «investira pour bâtir une force militaire rationalisée, plus souple et mieux équipée».

Le fédéral entend également amorcer le travail avec les provinces et les territoires pour mettre en place un nouvel accord sur les transferts fédéraux pour la santé.

Lançant quelques pointes indirectes au gouvernement conservateur précédent, le gouvernement évoque aussi ce qu'il «ne fera pas: il n'utilisera pas les publicités du gouvernement à des fins partisanes, il n'entravera pas le travail des agents parlementaires, et il n'aura pas recours à des mécanismes tels que la prorogation et les projets de loi omnibus pour éviter les examens minutieux».

Pour les conservateurs et les néo-démocrates, le discours du Trône est bien «mince». La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, déplore qu'on n'y trouve que quelques lignes sur l'économie, et à peu près rien sur le secteur privé.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a indiqué que sa formation a proposé jeudi une nouvelle mouture du plan libéral sur les baisses d'impôt, dont bénéficieraient aussi les moins nantis.

Il devra attendre un peu avant de savoir si ses modifications seront reprises par les troupes de Justin Trudeau. Interrogé un peu plus tard, le ministre des Finances, Bill Morneau, a souligné que les Canadiens auront l'heure juste dans quelques jours.

«La semaine prochaine, je vais fournir aux gens une meilleure image de ce que ces baisses d'impôt voudront dire pour le Canada», a-t-il soutenu à la sortie des Communes. On saura notamment les coûts d'une telle mesure.

Le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin, s'est de son côté déclaré d'accord avec les «principes généraux» énoncés dans le discours du Trône.