dimanche, novembre 29, 2015

Une « procédure de grâce » serait en cours pour Raif Badawi

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

Mise à jour le samedi 28 novembre 2015 à 22 h 26 HNE

Une « procédure de grâce » serait en cours auprès du roi d'Arabie saoudite au sujet du blogueur Raif Badawi, condamné à dix ans de prison et 1000 coups de fouet, a indiqué samedi le secrétaire d'État suisse aux Affaires étrangères, Yves Rossier.
« J'ai été informé que la sentence a été suspendue », a-t-il déclaré en entrevue à Radio-Canada. Il précise avoir évoqué cette affaire lors de sa visite officielle à Riyad cette semaine.
« La seconde information que j'ai apprise, c'est qu'une procédure de grâce est en cours », a-t-il ajouté, soutenant que ces informations lui viennent du gouvernement d'Arabie Saoudite. 
Il n'a toutefois pas été question lors des rencontres officielles de l'état de santé du blogueur, ou encore de ce qu'implique précisément une peine suspendue ou une procédure de grâce en Arabie Saoudite. « J'ai eu les réponses dont je viens de vous faire part », a-t-il insisté, soulignant que ce n'est pas à lui de les « interpréter ». 
Selon lui, la question sur Raif Badawi a toutefois été « bien accueillie ». « Le contexte était parfaitement cordial, comme c'est toujours le cas avec nos partenaires du Golfe », a soutenu M. Rossier. 
L'équipe d'Amnistie internationale, qui suit le dossier de M. Badawi depuis les débuts, tente toujours de faire confirmer ces informations. 
« Les dernières nouvelles qu'on a eues, c'est il y a quelques jours, quand le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie Saoudite a déclaré que le cas de Raif Badawi était toujours devant les tribunaux », explique la coordonnatrice d'Amnistie internationale en Estrie, Mireille Elchacar. 
Un long combat 
Ensaf Haider, la conjointe de Raif Badawi et ses trois enfants.La conjointe de Raif Badawi, Ensaf Haidar, et ses trois enfants. Photo :  Dorothée Giroux
Raif Badawi purge une peine de dix ans de prison et il est condamné à recevoir 1000 coups de fouet pour des propos publiés sur son blogue, jugés blasphématoires par les autorités de l'Arabie saoudite. Le 19 juin dernier, il entamait sa troisième année d'emprisonnement. Il a subi le 9 janvier 2015 sa première et seule séance de flagellation avant que sa sentence soit suspendue.
Sa conjointe, Ensaf Haidar, vit à Sherbrooke, au Québec, avec leurs trois enfants. Il y a un mois, elle a craint que les coups de fouet reprennent. « Pour nous, on considère encore que cette peine de flagellation peut être appliquée à tout moment », ajoute Mme Elchacar.
Même si le roi décidait de gracier M. Badawi, le blogueur pourrait être contraint de rester en Arabie Saoudite. « C'est une crainte de son épouse », confie-t-elle. 
Raif Badawi a été cette année du prestigieux prix Sakharov pour la liberté de penser, décerné par le Parlement de l'Union européenne.