mercredi, septembre 23, 2015

Pour avoir laissé fumer en ondes Claude Poirier, une contravention de 700 $ donnée aux Francs-tireurs

http://www.journaldemontreal.com/

ÉRIC GRENIER
MISE à JOUR 

  Le ministère de la Santé et des Services sociaux a donné trois contraventions totalisant près de 700 $ à l'émission de Télé-Québec Les Francs-tireurs, parce que l'un de ses invités s'est permis une clope en ondes.
Lors de l'émission du mercredi 16 septembre dernier, le journaliste judiciaire Claude Poirier s'est allumé une cigarette pendant l'entrevue à cœur ouvert qu'il a accordée à l'animateur Richard Martineau, à propos de ses récents déboires, notamment financiers et de santé. Même l'animateur a essayé de mener son interview cigarette au bec.
Lundi, deux inspecteurs du ministère se sont présentés aux bureaux de Zone 3, le producteur de l'émission, à la suite d'une plainte formulée par un citoyen.
Trois contraventions ont été données, dont deux de 50 $ plus frais, respectivement adressées à Martineau et Poirier. Le producteur, Zone3, a été mis à l'amende pour presque 554 $. On reproche aux deux premiers d'avoir fumé là où c'est interdit et à Zone 3 de l'avoir permis.
C'est le coanimateur de l'émission Richard Martineau qui a lui-même dénoncé la situation. «On peut boire à la télé et saouler les invités... mais pas de tabac, sinon le gouvernemental va sévir!», dénonce-t-il sur son compte Facebook.
La semaine dernière, aux Francs-Tireurs, Claude Poirier a fumé pendant son entrevue...
Résultat: une amende de 700 $ donnée par le Ministère de la santé et des services sociaux... C'est vrai, c'est pas une blague!
On peut boire à la télé et saouler les invités... mais pas de tabac, sinon le gouvernemental va sévir!
Or, la Loi sur le tabac est claire: il est interdit de fumer dans un lieu de travail ou un commerce, comme stipulé au chapitre deux de la Loi.
Zone 3 contestera les contraventions. «Quand c'est un tournage de fiction, la cigarette est permise, déplore le producteur de l'émission, Stéphane Tremblay. J'ai beau leur avoir dit que Claude Poirier était une pièce de théâtre ambulante, ça n'a pas marché. Ça va se jouer là: sur la définition d'un lieu interdit de tabac.»
Pendant l'entrevue, non seulement Claude Poirier s'allume-t-il une clope en ondes dès les premières minutes, mais il avoue candidement que ses cigarettes proviennent de contrebandiers.