samedi, juillet 11, 2015

Le Parlement grec vote en faveur des propositions du gouvernement Tsipras

http://quebec.huffingtonpost.ca/

  |  Par Agence France-Presse  Publication: 

TSIPRAS

Le parlement grec a donné samedi son feu vert au gouvernement d'Alexis Tsipras pour négocier un nouveau plan d'aide sur la base de propositions "loin" de ses promesses de campagne, mais bien accueillies par les créanciers.
Le Parlement a largement approuvé, par 251 voix pour (sur un total de 300) cette proposition, qui reprend dans les grandes lignes ce que souhaitaient les créanciers et a fait renaître l'espoir qu'un accord puisse être conclu pour permettre le maintien du pays dans la zone euro.
Vendredi dans la soirée, une source européenne avait révélé que les trois institutions créancières (UE, BCE, FMI) jugeaient la proposition d'Athènes "positive", et constituant "une base de négociation" en vue d'un troisième plan d'aide au pays d'un montant de 74 milliards d'euros.
Exactement au même moment, le Premier ministre grec Alexis Tsipras était devant le Parlement, appelant les députés de tous bords à un vote de "haute responsabilité" et à l'autoriser à négocier ce plan, en reconnaissant que le gouvernement avait fait "des erreurs", que le plan était "très éloigné" des promesses de Syriza, mais qu'il était finalement le meilleur possible.
Les concessions du gouvernement ont d'ailleurs provoqué plusieurs défections dans les rangs de la gauche radicale puisque huit députés Syriza se sont abstenus, deux ont voté contre et sept étaient absents lors du vote, dont l'ex-ministre des Finances Yanis Varoufakis.
Cette marque de défiance fissure la majorité parlementaire pour les votes à venir et pourrait entraîner des changements au sein du gouvernement, selon les commentateurs. L'opposition socialiste et conservatrice a largement soutenu le texte.
La proposition sera examinée samedi par les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, avant de déboucher dans le meilleur des cas sur "un accord politique", avant un sommet extraordinaire des 28, dimanche, qui pourrait relancer officiellement les négociations. 
Il s'agira d'étudier le document publié dans la nuit de jeudi à vendredi, et dans lequel, moins d'une semaine après avoir fait voter non à 61% par la population sur un texte très proche, Athènes s'engage à adopter une grande partie des mesures proposées par les créanciers.
Les propositions d'Athènes paraissent en effet désormais toutes proches des vœux de ceux-ci, sur la plupart des sujets qui fâchent : retraites, TVA, privatisations, taxe sur les sociétés...
Vendredi, les marchés financiers avaient anticipé les nouveaux développements, avec un raffermissement de l'euro, une hausse des bourses européennes et une nette détente des taux d'emprunt des pays du sud de l'Europe.
Syriza soutient le capitalisme
A la tête du camp des conciliants, le président français François Hollande avait jugé les propositions d'Athènes "sérieuses" et "crédibles".
Alors que de nombreuses rumeurs font état d'un soutien actif de la France, très engagée en faveur d'un compromis, dans la préparation des mesures, le Premier ministre Manuel Valls avait jugé pour sa part "équilibrée et positive" la position des Grecs.
Le gouvernement allemand avait refusé au contraire de donner son opinion, indiquant "ne pas pouvoir juger du contenu" des propositions à ce stade, et "attendre que les institutions communiquent leur avis", avant l'Eurogroupe.
Mais certains Grecs ayant voté non dimanche faisaient part de leur mécontentement.
Sept à huit mille personnes ont ainsi manifesté vendredi soir à Athènes à l'appel du PAME, syndicat communiste, et de partis de gauche. "Syriza soutient le capitalisme", affirmait une banderole. "Si les Grecs ont voté aussi massivement pour le non c'est parce qu'ils voulaient mettre fin à la rigueur. Le gouvernement n'en tient pas compte", déplorait Evgenia Roussos, une étudiante proche du parti Antarsya ("Mutinerie").
"Il y avait beaucoup de oui dans le non et beaucoup de non dans le oui" au référendum, expliquait, philosophe et résigné, Grigoris Manthoulis, un commerçant dont l'activité est au ralenti depuis la fermeture des banques et l'instauration d'un contrôle des capitaux, le 29 juin. 
Cette mesure est prévue pour durer jusqu'à lundi mais le vice-ministre des Finances Dimitris Mardas a laissé entendre vendredi qu'elle pourrait encore se prolonger, avec des aménagements.
Et maintenant, la dette
Ce qui permettait au gouvernement grec de garder la tête haute malgré tout était l'espoir exprimé par M. Tsipras de voir enfin s'ouvrir "un débat sérieux sur la restructuration de la dette" grecque, qui atteint 180% du PIB du pays. Manuel Valls a estimé qu'avoir "une perspective claire" sur ce point était nécessaire.
Le sujet divise les Européens mais Athènes insiste sur le sujet, avec le soutien affiché de la France, du FMI (dont l'ancien directeur général, Dominique Strauss-Kahn, a plaidé à titre personnel pour un allègement de la dette grecque dans sa première prise de position publique depuis 2011), du président du Conseil européen Donald Tusk et de nombreux économistes.
Berlin a vu vendredi "très peu de marge de manœuvre" pour restructurer cette dette. Une sorte d'avancée néanmoins par rapport à jeudi, lorsque la chancelière Angela Merkel avait dit qu'une réduction de la dette grecque était "hors de question". L'option la plus probable est celle d'une "restructuration light" de la dette.
Le nouveau ministre grec des Finances Euclide Tsakalotos a estimé pour sa part que "beaucoup des demandes de la Grèce sur la dette vont être acceptées", citant notamment un échange de 27 milliards d'euros d'obligations entre la BCE et le Mécanisme européen de stabilité (MES), prôné de longue date par les Grecs, qui lui permettrait d'éviter l'écueil des plus de 7 milliards d'euros à rembourser à la BCE en juillet et août.
Absent au parlement, son prédécesseur Yanis Varoufakis s'est en revanche distingué par une tribune dans le quotidien britannique Guardian où il a accusé le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, de vouloir une sortie de la Grèce de la monnaie unique pour faire peur à la France et l'inciter à accepter "le modèle de discipline de la zone euro".