vendredi, juin 05, 2015

Étiquetage : le Canada réclame 3 milliards aux Américains

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/

   La Presse Canadienne

La loi américaine sur l'étiquetage du pays d'origine cause du tort à l'industrie canadienne du boeuf
La loi américaine sur l'étiquetage du pays d'origine
cause du tort à l'industrie canadienne du boeuf.
 
Photo :  David Shield, CBC

Le Canada s'est adressé à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour réclamer l'imposition de plus de 3 milliards de dollars par année en tarifs aux États-Unis, à moins que le différend commercial sur l'étiquetage du pays d'origine de certains produits se règle rapidement.
Le gouvernement canadien a demandé à l'OMC d'autoriser des mesures punitives contre des dizaines de produits américains, dont la viande, le vin et le chocolat. Les tarifs seraient imposés d'ici la fin de l'été, à moins que le Congrès ne règle les préoccupations du Canada et du Mexique, a précisé jeudi le ministre canadien de l'Agriculture, Gerry Ritz.
Le Congrès réexamine présentement la loi au centre du conflit, qui exige que l'emballage de la viande vendue dans les supermarchés américains indique le pays où le bétail est né, a été élevé et tué.
Si cette loi n'est pas modifiée d'ici quelques semaines, des représailles tarifaires pourraient être imposées sur plus de 38 produits américains qui rapportent 8 milliards de dollars en exportations au Canada. Les tarifs atteindraient potentiellement la moitié de ce montant. « Laissez-moi répéter qu'une révocation complète est la seule option des États-Unis pour éviter les représailles, a déclaré M. Ritz durant une visite à Washington. Espérons que les Américains réaliseront qu'ils doivent abroger l'EPO (étiquetage du pays d'origine). »
Protectionnisme ou droit du consommateur?
Les partisans des règles américaines affirment que les consommateurs devraient connaître la provenance des aliments qu'ils achètent. Mais les groupes de l'industrie y voient plutôt une mesure de protectionnisme déguisée qui complique le processus pour les Américains qui importent des viandes de l'étranger et augmente les coûts d'exportation. Ils ont aussi plaidé qu'une telle mesure est illégale, en vertu du droit international. Ils ont eu raison. L'OMC s'est rangée du côté du Canada et du Mexique à plusieurs reprises dans ce différend.
Les États-Unis doivent maintenant gagner une course contre la montre pour éviter les tarifs. Le Congrès a commencé à étudier un projet de loi qui révoquerait les règles liées à l'étiquetage. Il devrait facilement obtenir l'aval de la Chambre des représentants, mais l'approbation sera plus difficile au Sénat. M. Ritz a prévenu le Sénat de ne pas tenter de diluer la loi avec d'autres exigences d'étiquetage, ce qui ne satisferait pas le Mexique et le Canada.
Bien que le Canada attribue à l'EPO les torts faits à l'exportation de la viande - qui a effectivement diminué durant de nombreuses années - les exportations ont connu une hausse importante en 2014, malgré l'étiquetage.
Les exportations de viande canadienne ont augmenté dans un contexte de baisse de la valeur du dollar canadien. Elles sont passées de 3,86 milliards de dollars américains en 2013 à près de 5 milliards de dollars américains en 2014.