vendredi, juin 19, 2015

Au tour de James Moore de quitter la politique

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par 98,5 Sports pour CogecoNouvelles le vendredi 19 juin 2015 à 12h57. Modifié à 16h30.
Au tour de James Moore de quitter la politique
James Moore/PC
(Cogeco Nouvelles) - Le ministre de l'Industrie, James Moore, a annoncé vendredi qu'il ne se représentera pas aux prochaines élections fédérales.
M. Moore devient le septième ministre du gouvernement de Stephen Harper à quitter la politique au cours des 18 derniers mois, ce dernier, à moins de cinq mois du prochain scrutin fédéral.
Plusieurs ténors du gouvernement conservateur ont annoncé qu'ils ne brigueraient pas de nouveaux mandats en octobre. Le ministre Moore emboîte notamment le pas à ses confrères du conseil des ministres John Baird et Peter MacKay.
Le départ de M. Moore, âgé de 39 ans, représente une autres grosse perte pour les conservateurs. Le ténor conservateur met ainsi fin à une carrière de 15 ans en politique.
Le ministre de 39 ans a évoqué, vendredi, l'état de santé de son fils pour justifier son départ.

« C'est toujours un défi de trouver un équilibre dans notre vie familiale lorsqu'on mène également une vie publique », a-t-il écrit dans une déclaration publiée en anglais.

« C'est encore plus vrai lorsqu'on a un enfant qui a des besoins particuliers », a-t-il ajouté.

M. Moore a épousé Courtney Payne, une ancienne conseillère au bureau du premier ministre, en 2011. Ils ont eu un fils ensemble, Spencer, qui est atteint de dysplasie squelettique, une maladie osseuse qui nécessite des soins importants.

Le député de Port Moody-Westwood-Port Coquitlam en Colombie-Britannique avait été élu pour la première fois à la Chambre des communes en 2000. Il avait été l'un des premiers à soutenir la candidature de Stephen Harper à la tête de l'Alliance canadienne et, plus tard, à la direction du Parti conservateur.

Stephen Harper a été mis au fait de la décision de son ministre il y a quelques semaines.
« J'aimerais remercier le premier ministre pour son amitié et son soutien lorsque j'en avais le plus besoin », a déclaré James Moore.

Le départ du ministre de l'Industrie prive le cabinet conservateur de l'un de ses poids lourds quelques mois avant la tenue du prochain scrutin.

La Colombie-Britannique pourrait d'ailleurs jouer un rôle clé dans le résultat électoral. M. Moore avait remporté la circonscription de Port Moody-Westwood-Port Coquitlam en 2011 avec 56 pour cent des voix.

Avant de devenir ministre de l'Industrie en 2013, James Moore avait occupé le poste de ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, faisant de lui le ministre responsable des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver et de la conversion controversée du Musée canadien des civilisations en Musée canadien de l'histoire.

Il avait hérité du portefeuille du Patrimoine canadien en 2008, alors que le gouvernement conservateur traversait une période trouble au Québec à la suite de commentaires désobligeants prononcés par le premier ministre Harper à l'endroit des artistes qui se plaignaient des compressions de 45 millions $ imposées par son gouvernement.

M. Moore, qui est bilingue, avait été mandaté pour réparer les pots cassés. Pendant un certain temps après l'élection de 2011, il était même perçu comme étant le «sixième député» conservateur du Québec.

Plus tard à titre de ministre de l'Industrie, il avait mené le gouvernement à vendre 73 millions d'actions de General Motors, ce qui avait aidé les conservateurs à présenter un budget équilibré en 2015.

Des rumeurs persistantes laissaient entendre que M. Moore avait l'ambition de devenir un jour le chef du Parti conservateur. Il était même vu par la garde rapprochée de Stephen Harper comme un potentiel successeur.

En 2004, il avait été l'un des quelques députés conservateurs à voter en faveur du mariage entre conjoints de même sexe.
(Avec La Presse canadienne)