mercredi, mai 27, 2015

Un Québécois sur six croit que le pétrole est une source d'énergie renouvelable

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/

Dossier : Le Québec, producteur de pétrole?
Dossier : Le Québec, producteur de pétrole?

Un sondage mené pour le compte de chercheurs de l'École polytechnique de Montréal et du CIRANO fournit des renseignements étonnants sur l'état des connaissances de la population québécoise au sujet des enjeux énergétiques et des changements climatiques. L'enquête a été effectuée en ligne auprès de 1010 Québécois.
Un texte de Philippe-Antoine SaulnierTwitterCourriel
Bien que les projets de pipelines, d'éoliennes, d'exploration pétrolière et gazière soient des sujets qui reviennent régulièrement dans l'actualité, les Québécois admettent que leurs connaissances sont limitées.
Trente pour cent disent avoir un niveau de connaissance faible ou négligeable sur la situation énergétique du Québec. Le manque de maîtrise de ces enjeux se reflète sur la perception que les Québécois ont des différentes sources d'énergie. Ainsi, 9 répondants sur 10 savent que l'énergie éolienne est une ressource renouvelable, mais 27 % croient qu'il en est de même pour le gaz naturel, 13 % pour le charbon, et 17 % affirment que le pétrole est une source d'énergie renouvelable.
Gaz de schiste
50%
Ne sait pas
100%
Gaz naturel
Nucléaire
Pétrole
Charbon
Gaz de schiste
Pour consulter le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.
La lutte contre les changements climatiques ne fait pas consensus
Ceux que l'on appelle les climatosceptiques sont plus nombreux qu'on pourrait le croire. Contrairement aux conclusions du Groupe d'experts internationaux sur l'évolution du climat (GIEC), 6 % des répondants au sondage soutiennent que le réchauffement climatique n'est pas prouvé scientifiquement. 19 % admettent que le réchauffement climatique planétaire a été scientifiquement prouvé, mais sont d'avis que les activités humaines n'en sont pas la cause.
En tout, 25 % des Québécois seraient donc climatosceptiques. Cette proportion grimpe à 44 % dans la grande région de Québec, alors qu'elle n'est que de 21 % dans la grande région de Montréal.
L'étude dresse un portrait détaillé des climatosceptiques. Ils sont le plus souvent des hommes, et ils sont surreprésentés chez les personnes ayant une formation primaire, secondaire ou collégiale, comparativement aux diplômés universitaires. Les répondants dont le revenu annuel est inférieur à 40 000 $ sont les plus nombreux à faire partie de ce groupe.
Malgré la mauvaise presse dont fait parfois l'objet l'industrie pétrolière, les Québécois préféreraient l'extraction du pétrole d'ici, plutôt que l'importation. 42 % seraient pour l'exploitation du pétrole québécois; 19 % privilégieraient l'importation de pétrole de l'ouest du pays; 14 %, de l'est; et 7 %, l'importation étrangère.
Ne sait pas
42 %
Exploiter le sous-sol québécois
14 %
Importer de l'Est du Canada
19 %
Importer de l'Ouest du Canada
7 %
Importer de pays étrangers
18 %
Ne sait pas
Pour consulter le graphique à l'aide de votre appareil mobile, cliquez ici.
Les interprétations diffèrent
L'environnementaliste Steven Guilbault refuse toutefois d'y voir un appui à la filière pétrolière. « Cette question-là, c'est un peu : "Est-ce que vous aimez la tarte aux pommes?" », dit-il.
« De façon générale, les gens vont toujours préférer acheter local, encourager l'économie locale plutôt qu'encourager l'économie ailleurs. Si on avait mis en perspective par exemple les risques environnementaux, les risques économiques de se lancer dans l'aventure du pétrole au Québec, moi je soupçonne que les résultats auraient été différents », poursuit-il.
Les Québécois jugent somme toute qu'ils ont peu d'emprise sur les enjeux énergétiques. Six sur 10 croient que leurs propres comportements ont peu ou pas d'influence sur la consommation totale d'énergie au Québec.
Selon Nathalie de Marcellis-Warin, professeure à l'École polytechnique et coauteure de l'étude, les gens « ont l'impression que c'est dans les mains du gouvernement, qu'ils ne sont pas des acteurs de changement. C'est ça qu'il va falloir modifier, la perception des gens sur cet aspect-là. Ils peuvent être un aspect important, par leur consommation, par leurs choix énergétiques, par leur propension à payer. »
Pour Nathalie de Marcellis-Warin, ce coup de sonde jette un éclairage précieux sur l'état d'esprit des Québécois, au moment où des évaluations environnementales stratégiques sont en cours au sujet des hydrocarbures et où le gouvernement Couillard mène des consultations sur l'acceptabilité sociale des grands projets énergétiques et la future politique québécoise de l'énergie.