jeudi, mai 07, 2015

Énergie Est: une mauvaise version de discours cause une confusion sur la position de PKP

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mercredi 06 mai 2015 à 15h38.
Énergie Est: une mauvaise version de discours cause une confusion sur la position de PKP
QUÉBEC — Une version d'un discours du candidat à la direction du Parti québécois Pierre Karl Péladeau, distribuée par erreur la semaine dernière à des journalistes, a provoqué une confusion, mercredi, concernant sa position envers le projet d'oléoduc Énergie Est.
Alors que la version écrite de son discours indiquait qu'il s'agit d'un «projet de pipeline dont personne ne veut», M. Péladeau a soutenu, avec raison, n'avoir jamais prononcé ces paroles durant un rassemblement militant organisé pour sa campagne.

Dans un échange avec la presse parlementaire, mercredi, M. Péladeau a expliqué qu'il n'était pas en mesure de dire si les Québécois sont opposés au projet.

«Je ne sais pas, je ne suis pas sondeur, a-t-il dit. Mais si je l'ai dit, ça m'étonnerait. Mais c'est possible que je l'aie dit et si je l'ai dit c'est une erreur, dans la mesure où ce ne sont pas les libéraux qui vont déterminer si oui ou non nous allons en avoir un.»

Plus tard, mercredi, l'organisation de M. Péladeau a expliqué que le discours fourni aux journalistes, lors d'un rassemblement militant le 29 avril, avait été modifié afin de retirer le passage décrivant Énergie Est comme «un projet de pipeline dont personne ne veut», des paroles que le candidat n'a pas prononcées.

Jusqu'ici, M. Péladeau s'est limité à dire qu'il souhaiterait soumettre le projet d'oléoduc à une consultation de la population. M. Péladeau est le seul des quatre candidats à la direction du PQ à ne pas s'être ouvertement opposé au projet.

M. Péladeau a cependant précisé qu'il n'est pas pour autant ouvert au projet de l'entreprise TransCanada, destiné à faire transiter du pétrole albertain jusqu'au Nouveau-Brunswick en passant par le Québec.

«Je n'ai jamais dit ça, a-t-il dit. La seule et unique chose que j'ai dite, c'est que ce sont aux Québécois de décider. Or, la Constitution de 1867, aux articles 91 et 92, interdit aux Québécois de se prononcer sur cette question.»

Marc-André De Blois, l'attaché de presse de M. Péladeau, a quelques heures plus tard exprimé, au nom du candidat, une position contredisant ses propos de mercredi matin.

«Il considère que personne n'en veut, d'une part, et d'autre part on n'a même pas notre mot à dire là-dedans», a-t-il dit.

M. De Blois a pointé vers une citation de M. Péladeau où il avait utilisé l'exemple de l'opposition à l'oléoduc pour faire valoir l'importance du projet d'indépendance, lors d'un débat des candidats à Québec, le 16 avril.

«L'indépendance c'est aussi pouvoir dire non à un pipeline, comme pour toutes les autres décisions qui sont mauvaises, prises par le gouvernement d'Ottawa», avait déclaré le candidat durant le débat.