mercredi, octobre 28, 2015

Lutte contre la corruption: démission d'une importante procureure

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/

Publié le 28 octobre 2015 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Marie-Hélène Giroux... (ARCHIVES PC)
Marie-Hélène GirouxARCHIVES PC

Vincent Larouche
Dur coup pour la lutte contre la corruption devant les tribunaux: la procureure qui pilotait le processus judiciaire contre l'ancien maire Michael Applebaum et le groupe d'accusés dans le scandale du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) démissionne de son poste, a apprisLa Presse.
Me Marie-Hélène Giroux, qui était l'une des procureures de la Couronne les plus en vue au Bureau de lutte à la corruption et à la malversation (BLCM), a annoncé son départ du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) au cours des derniers jours.
Selon nos sources, sa décision a semé l'émoi au sein des troupes au DPCP, d'autant plus qu'elle ne serait pas la seule parmi les procureurs anticorruption à avoir amorcé une réflexion sur son avenir.
La principale intéressée a assuré qu'il n'y avait aucun problème avec les dossiers qu'elle pilotait devant les tribunaux. Elle dit quitter l'organisme en très bons termes.
«C'est une décision personnelle, le fruit d'une réflexion mûrie. J'ai réalisé que je n'étais pas très à l'aise dans le cadre de la fonction publique. Et la restructuration des équipes au DPCP a été un catalyseur, car on nous a demandé de faire une réflexion sur notre carrière, ce que nous voulons faire», a-t-elle confié  au téléphone hier.
La Presse avait révélé à la fin septembre que le DPCP restructurerait complètement ses équipes de lutte contre le crime organisé et la corruption.
Le Bureau de lutte au crime organisé (BLACO), le Bureau de lutte aux produits de la criminalité (BLPC) et le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation (BLCM) seront fusionnés et regroupés à Montréal. Leurs antennes régionales seront fermées. Des procureurs très spécialisés, qui ont passé des années à acquérir une expertise de pointe, seront appelés à se transformer en généralistes. Ce chamboulement des affectations devrait permettre au gouvernement de réaliser des économies.
Me Marie-Hélène Giroux était entrée au BLCM en 2012. Elle a notamment piloté les premières procédures criminelles contre l'ancien maire de Montréal Michael Applebaum, qui attend toujours son procès pour corruption. Surtout, elle a préparé le procès des anciens dirigeants du CUSM et de SNC-Lavalin, accusés relativement à un gigantesque scandale de pots-de-vin lié à la construction du nouveau centre hospitalier.
Preuve abondante
La cause, très dense et très complexe, s'appuyant sur une preuve abondante, l'opposait à plusieurs avocats de la défense jouissant d'une grande renommée, contre qui elle a bataillé ferme au cours des dernières années. «Elle avait le dossier au complet dans sa tête, elle aurait pu aller à procès dès demain matin», a confié à La Presse un de ses anciens collègues, avocat lui aussi.
La poursuite a déjà obtenu de la conjointe d'Arthur Porter, le défunt patron du CUSM, qu'elle plaide coupable à des chefs de recyclage des produits de la criminalité dans ce dossier. Les autres accusés, dont l'ancien PDG de SNC-Lavalin Pierre Duhaime, attendent toujours leur procès.
C'est la procureure Nathalie Kleber qui reprend le dossier à partir de maintenant.
Marie-Hélène Giroux, qui aura 50 ans cette année et est mère de six enfants, retournera quant à elle à la pratique privée du droit criminel. Elle continuera d'enseigner le droit à l'Université de Montréal.