jeudi, août 06, 2015

L'État islamique fixe le prix de ses esclaves sexuels

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

 Mise à jour le mercredi 5 août 2015 à 10 h 17 HAE  Radio-Canada avec Bloomberg
Des femmes yézidies manifestent devant un bureau des Nations Unies en Irak en soutien aux femmes de leur communauté qui ont été enlevées par le groupe armé État islamique en 2014.
Des femmes yézidies manifestent devant un bureau des Nations unies en Irak en soutien
aux femmes de leur communauté qui ont été enlevées par le groupe armé État islamique en 2014.
  Photo :  GI/Safin Hamed

Un document découvert par une envoyée spéciale de l'ONU en Irak dévoile les prix demandés par le groupe armé État islamique (EI) pour la vente des femmes et des enfants qu'ils ont enlevés.
Plus les filles sont jeunes, plus le prix demandé est élevé. Les enfants âgés de 1 à 9 ans - qui peuvent aussi être des garçons - sont vendus pour l'équivalent de 215 $CA. L'EI demande 160 $ pour une adolescente. Le prix diminue à 105 $ dès qu'une femme a atteint 20 ans, et les femmes de plus de 40 ans sont vendues pour 50 $.
Une envoyée spéciale des Nations unies sur les violences sexuelles en zone de conflit, Zainab Bangura, a découvert le prospectus lors d'un voyage en Irak en avril dernier. Le document a été authentifié par l'ONU comme provenant bien du groupe djihadiste.
Zainab Bangura explique, dans une entrevue accordée à l'agence Bloomberg, que les filles sont échangées comme des barils de pétrole. « Parfois, les combattants revendent les filles à leurs familles en échange de rançons de plusieurs milliers de dollars », affirme-t-elle.
« Une fille peut être vendue et achetée par cinq ou six hommes différents. »— Zainab Bangura, envoyée spéciale de l'ONU en Irak

Selon les explications de l'envoyée spéciale, les dirigeants du groupe armé ont la priorité sur le choix des esclaves. Les riches étrangers de la région peuvent ensuite acheter des esclaves pour des milliers de dollars. Ceux qui restent sont offerts aux combattants du groupe pour les prix indiqués.
Les femmes et enfants enlevés en Irak sont majoritairement des yézidis ou des chrétiens d'Orient. Des milliers d'entre eux sont retenus en otages, selon diverses sources dans la communauté yézidie.