dimanche, août 23, 2015

La purge libérale

http://www.journaldemontreal.com/

CA_Réjean-Parent
Quebec, Assemblee nationale  Sylvain Simard et Nicolas Girard ont été chassés des fonctions qu’ils occupaient à la tête de la SAQ et de l’AMT. Le Parti québécois clame que c’est une purge menée par les libéraux pour se débarrasser d’anciens députés péquistes, malgré leurs bons et loyaux services. Encore heureux que nous ne soyons pas en Corée du Nord, ils auraient risqué l’exécution.
S’entourer des petits amis
Je suis convaincu que le député péquiste Alain Therrien, qui dénonce et s’offusque de la situation, a raison en prétendant que nous assistons à une purge dans les sociétés d’État. Je le crois encore quand il prétend que le gouvernement Marois n’a pas procédé à de telles manœuvres partisanes. Pour sa part, il ne s’est pas gêné d’effectuer quelques nominations partisanes durant son règne, et ce, même jusqu’à la veille de son départ.
J’ai souvenir d’une réunion des délégués généraux du Québec à l’étranger convoquée par le ministre Kotto qui lui entraîna la foudre médiatique. Un des délégués, anciennement attaché politique d’une ministre libérale, coula aux médias sous le couvert de l’anonymat que la réunion était inutile et engendrait des coûts prohibitifs. Maka Kotto passa la journée à s’en défendre.
Les attaques de l’opposition contre les manquements éthiques du parti au pouvoir sont monnaie courante. Les partis d’opposition pestent contre les nominations partisanes, mais ils ne tardent généralement pas à nommer leurs sympathisants dans des postes clés lors de la prise du pouvoir. L’expérience de Maka Kotto incite sûrement à faire le ménage dans les nominations du gouvernement précédent si les ministres veulent s’éviter les surprises désagréables ou le poignard dans le dos.