jeudi, juin 18, 2015

Énergie Est : « pas de confusion au PQ », insiste Bernard Drainville

http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/

Mise à jour le mercredi 17 juin 2015 à 20 h 40 HAE
Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a répondu aux questions des journalistes mercredi matin à l'Assemblée nationale.
Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau

Le Parti québécois, y compris son chef, est contre le projet d'oléoduc Énergie Est, a affirmé mercredi soir son porte-parole en matière d'énergie et de ressources naturelles, Bernard Drainville. « Il n'y a pas de confusion au Parti québécois », a-t-il tranché.
Cette déclaration survient après que le chef péquiste, Pierre Karl Péladeau, eut laissé planer des doutes quant à sa position exacte sur le sujet.
Le chef du PQ a répété à maintes reprises que le projet de pipeline de TransCanada, qui doit traverser le Québec pour transporter du pétrole de l'Alberta, est de juridiction fédérale et que son opinion sur la question compte peu.
Mardi, les députés péquistes Martine Ouellet et Sylvain Gaudreault ont clairement confirmé que le PQ est contre le projet d'oléoduc Énergie Est. Leur chef, cependant, avait plutôt préféré qualifier de « complexe » la situation des hydrocarbures au Québec, ajoutant que ce n'était « pas aussi simple que ça ». 
En entrevue à 24/60, Bernard Drainville a défendu son chef. « Il n'a jamais dit qu'il était pour. [...] Il a fait sa réflexion et il arrive à la conclusion que le projet n'est pas bon pour le Québec », a-t-il insisté.
« Quand PKP dit : c'est pas les Québécois qui décident, [que] ce n'est pas nous qui allons avoir le dernier mot, c'est tout à fait factuel ça », a-t-il poursuivi. 
Même s'il nie toute confusion, le PQ s'est néanmoins senti obligé de clarifier la situation par voie de communiqué mercredi après-midi.
« Nous sommes contre le projet Énergie Est, qui nous sera imposé par les autorités fédérales en faisant fi de la volonté des citoyens quant à la protection de l'environnement, à l'acceptabilité sociale et aux retombées économiques. »— Communiqué de Pierre Karl Péladeau, chef du Parti québécois
Couillard parle « d'incohérence » dans l'opposition
Interrogé sur le sujet mercredi après-midi, le premier ministre Philippe Couillard a parlé d'« incohérence manifeste » dans les rangs de l'opposition.
« Je me souviens également qu'au cours des dernières semaines, M. Péladeau lui-même s'est déclaré fortement en faveur du pétrole comme axe de développement du Québec. On voit qu'il semble y avoir un réalignement actuellement », a-t-il ajouté.
M. Couillard a pour sa part rappelé que le projet devra faire l'objet de toutes les évaluations, y compris du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).
« On n'est pas contre le projet, mais s'il se réalise, il devra se faire correctement. Dans le respect des communautés, dans le respect de l'environnement et de la sécurité des gens. »— Philippe Couillard

Le premier ministre québécois a également relevé que les solutions de rechange pour le transport du pétrole, par exemple par train, ne sont pas nécessairement meilleures que le transport par pipeline. « C'est la prudence qui va guider notre décision », a-t-il précisé.