jeudi, mai 28, 2015

L'arrogance libérale

http://www.journaldemontreal.com/

Charest Couillard
PHOTO AGENCE QMI, JOËL LEMAY

MISE à JOUR 
Les libéraux de Philippe Couillard ont manifestement décidé de se faire plaisir en jouant la « game » parlementaire, sans se soucier de ce que pense la population. Sans se soucier des « vraies affaires », comme dirait l’autre. Ça fait penser à cette déclaration de l’ancien président de la Fed, Allan Greenspan, qui parlait d’exubérance irrationnelle en référence à la bulle boursière de 2000. L’arrogance de ceux qui se croient les éternels maîtres du monde.
Ça commence avec cette lettre de Fatima Houda-Pépin, qui les avertit que face à PKP et sa volonté de faire la souveraineté, le « vide fédéraliste » ne fait pas le poids :
« Et cette bataille ne se gagnera pas par la peur ou les slogans. C’est par les idées et les actions concrètes qu’il faut la mener. Nous le devons à nous-mêmes et aux générations futures. »
Les libéraux ont balayé de la main son opinion. Patrice Servant, mon coloc de bloque, est allé dans le même sens que Fatima:
« Le Parti libéral devra éviter l’arrogance et lui préférer la réflexion. Être le parti qui n’est pas déconnecté ne suffit pas. Se définir comme étant le contraire de l’autre, c’est quand même se définir en fonction de l’autre. Le Parti libéral doit lui aussi reprendre contact avec ses racines pour représenter autre chose que la non-souveraineté. »
***
Et puis, il y a l’affaire de PKP et de son conglomérat. Je ne m’étendrai pas sur le fond, sauf pour dire qu’il s’agit d’une vraie question, qui va bien au-delà de la joute partisane. Les libéraux ont choisi d’y aller à fond de train et la population l’a bien noté. Ils s’en défendent, mais ils se sont déjoués eux-mêmes à la période des questions.
Bernard Drainville a questionné (allez voir, ça vaut la peine) la politique d’Hydro-Québec de charger 14% d’intérêt aux gens qui ne payent pas à temps leur compte. Le ministre libéral a répondu que c’était pratique courante et que d’ailleurs, l’ancien président d’Hydro, PKP lui-même, ne s’y était pas objecté. Jusque là, c’est de bonne guerre, mais de mauvaise politique.
Au lieu de prendre le parti des clients d’Hydro, soit la TOTALITÉ de la population, le ministre Arcand a défendu la pratique de la société d’État. Réflexe de gouvernement en fin de régime...
Le dérapage s’en venait. En réponse à une autre question, le ministre libéral a comparé le taux chargé par Hydro à celui de Vidéotron, en visant directement le chef du PQ dans une envolée partisane qui a soulevé les députés libéraux, triomphants. Cette ovation rappelait la fois où les libéraux avaient ovationné Tony Tomassi, comme un Pavarotti libéral. 
Comparer les cas de Vidéotron et d’Hydro est évidemment grossier. Se passer de câble, ça se conçoit. Se passer d’électricité, c’est inconcevable. Hydro est un monopole, dont on ne peut s’échapper. Vidéotron a des concurrents. Les libéraux le savaient bien. 
En évoquant ainsi Vidéotron en réponse à une question qui affecte très réellement les Québécois, et donc une « vraie affaire », ils se sont dénudés. Sont alors apparues en toute clarté l’arrogance et la partisannerie crasse.
***
Pendant ce temps-là, notre premier ministre quêtait une audience papale à Rome. Il a eu droit à 45 secondes. Même Stephen Harper lui accorde plus de temps que ça. Mais je peux comprendre le Pape. Le Québec est une province et personne n’a beaucoup de temps à accorder à une province. Ça n’a pas empêché le chef libéral de nous en lancer une bonne, en misant sur le « sale petit secret du Parti libéral ».
En gros, M. Couillard a lancé une œillade racoleuse aux catholiques québécois, les plus conservateurs d’entre eux. Demain, il n’hésitera pas à poser comme le chef d’un parti ouvert sur le monde, aux valeurs libérales, tolérantes et modernes, même si le No.2 du Vatican a qualifié le vote irlandais en faveur du mariage gay de « défaite pour l’humanité ».
Ça prend une sérieuse dose d’arrogance pour affirmer une chose et son contraire avec autant de flegme.
***
Cette arrogance libérale a quelque chose d’intriguant. Surtout quand on constate dans un sondage que plus des 2/3 des Québécois sont insatisfaits de leur gouvernement. Qu’ils tirent de l’arrière par 19 points sur le PQ chez les francophones, au 3e rang derrière la CAQ. Normalement, dans une telle situation, un parti politique devrait faire preuve d’humilité, se montrer à l’écoute de la population. Et surtout, éviter à tout prix l’arrogance.
Je crois bien avoir une réponse. Résidant pendant une décennie en Outaouais, j’ai pu constater que les libéraux se foutaient complètement de la population de la place. Si vous cherchez les pires services de santé au Québec, la région la plus négligée, ne cherchez plus, c’est l’Outaouais. Il s’agit aussi d’une région où l’élection de députés libéraux est automatique. J’ai donc vu de première main les dommages causés par un monopole politique.
On sait que les libéraux partent, avant chaque élection, avec une récolte assurée d’une cinquantaine de sièges, grâce à leur mainmise sur le vote anglophone. En 2012, en fin de régime, rongé par la corruption, à bout de souffle, le Parti libéral a récolté 50 sièges! En 2014, ils formaient un gouvernement majoritaire. C’est ce qui faisait dire ceci à Mario Dumont :
« Avec l'immigration et le vieillissement de la population, les Libéraux ont de plus en plus de comtés sûrs.  Avec une base de bientôt 50 comtés...qui pourra encore les battre? Pour combien de temps les libéraux sont-ils maintenant au gouvernement?  Grosse question. Depuis quelques années, je m’étais fait à l’idée qu’à partir du milieu des années 2020, le Parti libéral était destiné à s’installer au pouvoir pour une très longue période. Quand je dis longue, je parle de ne plus revoir d’autre parti au pouvoir de mon vivant. J’ai 43 ans. »
La voilà, la source de l’arrogance des libéraux. Ils considèrent que, quoiqu’ils fassent et quoiqu’ils disent, ils vont gagner. Que le pouvoir leur appartient. Un monopole libéral sur le pouvoir politique fondé sur le vote anglophone, le vote des aînés et la division du vote antilibéral organisé par Québec solidaire.
Le plus grand risque pour l’avenir du Québec, à tous points de vue, c’est ce monopole politique des libéraux.
Qui saura le casser?