mardi, mai 12, 2015

Jacques Daoust évoque la vente des casinos

http://www.journaldequebec.com/

Economie, Jacques Daoust
PHOTO AGENCE QMI

Charles Lecavalier
Les casinos pourraient être vendus au privé, estime le ministre de l’Économie Jacques Daoust.
«Va-t-on les privatiser? Pas ce matin, mais si on arrive avec un argumentaire qui se tient, peut-être qu’on le fera», a lancé M. Daoust en marge d’une conférence de presse sur la biomasse à Québec ce matin.
«Est-ce le rôle de l’État de gérer des casinos? C’est une question qu’on peut se poser», a-t-il ajouté. M. Daoust, qui dit réfléchir à voix haute, estime que Loto-Québec a été créée pour ne pas que le jeu «appartienne à la pègre.» «Est-ce qu’il y a encore une nécessité de ça ? On verra les recommandations du rapport Robillard», a-t-il lancé.
Financer les «réserves indiennes»
M. Daoust croit aussi que les «réserves indiennes» pourraient bénéficier d’une libéralisation des casinos. Il fait un parallèle avec l’exemple américain, où des «réserves se financent avec des casinos.»
«Aujourd’hui vous en avez dans les réserves indiennes et c’est légitime. Aux États-Unis c’est un moyen de financer les réserves autochtones», a-t-il affirmé. 
La SAQ et Loto-Québec privatisable
À la suite de la conférence de presse, M. Daoust a affirmé aux journalistes qu’il n’avait «pas d’opinion» sur la vente des sociétés d’État. Il croit toutefois que d’un point de vue économique, la SAQ et Loto-Québec pourraient être vendues.
Il soutient que son gouvernement va regarder «pourquoi on a choisi de créer ces sociétés à l’époque» et si ces raisons tiennent toujours la route aujourd’hui. Il n’est pas le seul ministre à réfléchir à la privatisation partielle de certaines sociétés d’État.
Le ministre des Finances, Carlos Leitao, a indiqué lundi à l'agence Reuters qu'il considère cette option dans le cadre de sa réflexion destinée à maintenir à long terme l'équilibre budgétaire, une fois qu'il aura été atteint. «À ce stade-ci, il n'y a aucun plan concret. Mais comme partout ailleurs, nous sommes engagés dans une révision profonde et significative [...] et cette révision de l'ensemble des programmes inclut les sociétés d'État», a déclaré M. Leitao.
Au bureau du premier ministre Philippe Couillard, on a confirmé lundi que les conclusions du rapport de la Commission de révision permanente des programmes sur les sociétés d'État seraient étudiées avec attention. On a toutefois précisé que la vente d'actifs d'Hydro-Québec n'était aucunement envisagée.