mercredi, mai 13, 2015

Élections: le Parti conservateur ne participera pas aux débats traditionnels

http://www.985fm.ca/national/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le mardi 12 mai 2015 à 20h27.
Élections: le Parti conservateur ne participera pas aux débats traditionnels
OTTAWA — Le Parti conservateur prend le contrôle du débat sur les débats en annonçant que le premier ministre Stephen Harper ne participera pas à ceux qui sont organisés par le consortium des médias.
La formation est cependant ouverte à l'idée de prendre part à un total de cinq joutes oratoires — une de plus en français et deux autres en anglais —, ce qui constituerait «un record dans l'histoire politique moderne du Canada», a souligné mardi le porte-parole de la campagne conservatrice, Kory Teneycke.

La participation du chef conservateur à deux de ces rendez-vous préélectoraux a été confirmée mardi matin.

«Nous avons le plaisir d'accepter aujourd'hui (mardi) la proposition de la chaîne TVA de diffuser un débat des chefs en français, et celle de Macleans/Rogers de faire de même pour un débat en anglais», a déclaré M. Teneycke par voie de communiqué.

L'ancien haut dirigeant de la défunte chaîne Sun News a justifié la décision de décliner l'invitation du consortium en plaidant que «la diversité et l'innovation inhérentes aux différents médias et aux différentes approches sont importantes».

Le Parti conservateur a donc «décidé de refuser la proposition de quatre débats du consortium médiatique qui, à toutes fins pratiques, exclurait les autres médias et organisations pouvant organiser des débats de cette nature», a poursuivi M. Teneycke.

Le regroupement de médias nationaux a répliqué en assurant qu'il avait toujours l'intention de diffuser des débats entre les chefs, et ce, avec ou sans Stephen Harper, a spécifié la porte-parole du regroupement médiatique, Liliane Lê.

«Les radiodiffuseurs reconnaissent aux partis politiques le droit de participer à d'autres débats. Le consortium ne s'est jamais considéré comme un monopole», est-il écrit dans le communiqué du groupe composé de Radio-Canada, CBC, CTV News et Global News.

«C'est pour rendre un service public que les principaux radiodiffuseurs canadiens se regroupent afin de s'assurer que les débats soient vus par le plus grand nombre possible de Canadiens sur tous les réseaux», peut-on lire dans la même déclaration.

Le Parti libéral du Canada (PLC) a dit regretter que les conservateurs écartent l'idée de participer aux débats du consortium, mardi.

Impossible de savoir si son chef, Justin Trudeau, fera la même chose avec les débats organisés par TVA et Macleans/Rogers.

«Nous attendons de voir quelles propositions viendront des réseaux télévisés du pays et d'autres groupes médiatiques avant de nous engager à participer à quelque débat que ce soit», a écrit dans un courriel le porte-parole du parti, Olivier Duchesneau.

De son côté, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a accepté les invitations des deux organisations médiatiques, a indiqué une source au parti.

«Le but, c'est de faire autant de débats que possible avec le premier ministre. N'importe où, n'importe quand», a résumé cette même source.

Quant au Bloc québécois, il a donné son accord de principe au débat organisé par TVA, a confirmé mardi le responsable des communications du parti, Simon Charbonneau.

Le débat qui sera présenté sur les ondes du réseau télévisé francophone privé se fera en formule face-à-face. Il sera diffusé à l'automne et durera deux heures.

Celui de Macleans/Rogers, qui sera animé par le chroniqueur du magazine Macleans Paul Wells, devrait être présenté en août — donc à plusieurs semaines des élections prévues le 19 octobre 2015.

Le moment choisi semble quelque peu malavisé aux yeux de M. Trudeau.

«On sait très bien que pendant l'été, les Canadiens prêtent moins attention à la politique. On est en famille, on est en train de faire des barbecues. On est au chalet», a-t-il fait remarquer en point de presse.

«Mais c'est certain qu'on va écouter et on va étudier toutes les propositions», a complété le chef libéral, qui se dit impatient à l'idée de débattre avec ses adversaires.