mardi, octobre 18, 2016

Sondage CROP-La Presse : Lisée chauffe Couillard et Legault

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

EXCLUSIF
Publié le 18 octobre 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
L'arrivée de Jean-François Lisée à la tête du... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)
PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE
L'arrivée de Jean-François Lisée à la tête du Parti québécois chambarde de toute évidence l'échiquier politique, selon le président de CROP, Alain Giguère.

DENIS LESSARD
La Presse
À peine arrivé aux commandes du Parti québécois, Jean-François Lisée fait manifestement bouger l'aiguille chez les sondeurs. Le nouveau chef, qui croisera le fer avec Philippe Couillard aujourd'hui à l'Assemblée nationale, s'installe tout de suite aux côtés de ses adversaires en matière de popularité. Et surtout, ses positions sur les questions identitaires sont allées gruger des appuis du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ).
Si des élections générales avaient eu lieu cette semaine, Philippe Couillard aurait été reporté au pouvoir. Dans son plus récent sondage, réalisé du 12 au 17 octobre auprès de 1000 internautes, la maison CROP observe que le Parti libéral du Québec (PLQ) aurait obtenu 37% des suffrages, soit le même score que le mois précédent. Le Parti québécois (PQ) aurait récolté 30%, trois points de plus qu'en septembre, et la Coalition avenir Québec (CAQ) aurait reculé de 4%, à 22%. Québec solidaire marque le pas à 9%.
Selon le président de CROP, Alain Giguère, l'arrivée de Lisée chambarde de toute évidence l'échiquier politique. Avec de tels résultats quelques jours après son accession aux commandes du PQ, «c'est clair qu'il a le potentiel pour mettre Philippe Couillard en danger», observe M. Giguère. Il est trop tôt pour savoir s'il s'agit d'une lancée qui sera durable, mais la façon avec laquelle le chef péquiste a fait «bouger l'aiguille» laisse présager une véritable bagarre d'ici les prochaines élections générales.
La CAQ perdante
Pour le spécialiste, un premier constat s'impose. Les positions identitaires de Lisée sont allées gruger des appuis à la CAQ. On ne peut pas prédire l'effet du «rééquilibrage» promis par le nouveau chef, mais force est de constater que les caquistes, dont le parti est clairement fédéraliste, sont davantage attirés par les positions du chef péquiste que repoussés par l'idée d'un référendum éventuel. Un tel recul de la CAQ ne s'était pas vu depuis six mois.

Legault en recul
Le chef de la CAQ, François Legault, est aussi en recul quant à sa popularité personnelle. Il passe de 21 à 19 % comme «meilleur premier ministre», une descente négligeable, mais qui vient surtout casser une lente tendance à la hausse entamée le printemps dernier. Le premier ministre Couillard est vu comme le plus apte à diriger par 21% de répondants, un point de moins qu'en septembre, mais dans la moyenne de ce qu'il obtenait depuis six mois. Avec 19% d'appuis, Jean-François Lisée rejoint d'un coup les scores de Pierre Karl Péladeau avant sa démission, un bond appréciable par sa rapidité, constate Alain Giguère.
Francophones
Une autre mauvaise nouvelle pour la CAQ : Lisée s'est rapidement taillé une portion dans le vote francophone. Au précédent sondage, le PQ et la CAQ étaient au coude-à-coude chez l'électorat francophone. Avec le nouveau chef, le PQ récolte tout de suite 36% des francophones, et la CAQ glisse à 26%, un point de mieux seulement que le PLQ, qui ne bouge guère, à 27%.
Satisfaction stable
C'est le calme plat pour le gouvernement Couillard au chapitre de la satisfaction. Ainsi, 55% des Québécois se disent insatisfaits de leur gouvernement, un point de moins qu'en septembre. Les «satisfaits» montent aussi d'un cran, à 40%, le niveau le plus élevé de 2016.
Souveraineté
Du côté de la souveraineté, l'arrivée d'un nouveau chef péquiste n'a eu aucun impact. En octobre, le Oui à la souveraineté aurait obtenu 32% d'appuis, un point de moins qu'en septembre. Le Non, inversement, grimpe d'un point, à 68%.
De façon générale, l'humeur des Québécois s'améliore: 50% des gens pensent que le Québec «va dans la bonne direction», deux points de plus qu'en septembre. On rejoint les sommets connus en août 2016 et en décembre 2015.
Justin «rock star»
Le même coup de sonde révèle que la popularité personnelle de Justin Trudeau a encore monté en octobre. Le premier ministre est vu comme le meilleur des chefs fédéraux par 56% des Québécois, trois points de plus qu'en septembre.
«On a parlé de lune de miel, mais il faut voir que sa popularité est de plus en plus forte, on voit une tendance sur plusieurs mois», observe Alain Giguère. M. Trudeau a été vu avec Bono, il a assisté au dernier spectacle de Tragically Hip et a côtoyé Bill Gates. «C'est une rock star!», lance le sondeur.
La cote de Rona Ambrose, chef par intérim du Parti conservateur, baisse de deux points, à 3%, et celle de Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), reste à 12%.
PLC en hausse
Le Parti libéral du Canada (PLC) aurait récolté 61% des suffrages au Québec si un scrutin avait eu lieu cette semaine, une hausse de deux points par rapport à septembre, le sommet de toute l'année 2016. Avec Thomas Mulcair, le NPD aurait eu 15% des suffrages, un point de mieux qu'en septembre. Le Bloc québécois augmente aussi d'un point, à 14%. Le Parti conservateur, en revanche, perd des plumes, passant de 11 à 7%, son niveau le plus bas au Québec depuis l'élection des libéraux.
Satisfaction
La satisfaction à l'endroit du gouvernement Trudeau a grimpé de deux points, à 68%, renouant avec les scores du début de l'été. Les insatisfaits glissent à 27%, un recul de trois crans.
***
MÉTHODOLOGIE
Le sondage a été réalisé du 12 au 17 octobre 2016, par internet. Mille internautes ont répondu au questionnaire, et les résultats ont été pondérés selon le sexe, l'âge, la région, la langue maternelle et le niveau de scolarité. Pour ces échantillons non probabilistes, la marge d'erreur ne s'applique pas.