jeudi, septembre 15, 2016

Corruption: 14 villes dans le viseur de l'UPAC

http://www.lapresse.ca/actualites/

Publié le 15 septembre 2016 à 06h55 | Mis à jour à 06h55
Les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont fait irruption à... (Archives La Presse)
ARCHIVES LA PRESSE
Les enquêteurs de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont fait irruption à l'hôtel de ville de Saguenay, hier matin, dans le cadre d'une nouvelle enquête sur l'usage de fonds publics au sein d'une municipalité. Depuis la création de l'unité en 2011, c'est près d'une quinzaine d'administrations municipales, des plus petites aux plus grosses, qui se sont retrouvées au coeur d'enquêtes criminelles. Où en sont rendus ces dossiers aujourd'hui? La Presse fait le point.
Boisbriand -- 27 000 habitants, visité en 2009 (perquisitions), 2011 (arrestations)
Le Projet Fiche de l'UPAC visait huit suspects, dont un ex-maire et une ex-mairesse, ainsi que des cadres de la firme de génie-conseil Roche. Ils ont été accusés d'avoir organisé un partage de contrats municipaux entre 2000 et 2009, notamment le lucratif projet de l'usine d'épuration. Des dirigeants de la Ville auraient reçu des avantages pour leur collaboration. L'ex-dirigeante de Roche, France Michaud, a écopé de 19 mois de prison. L'ex-maire Robert Poirier a écopé de la même peine, mais a fait appel du jugement. L'ex-mairesse Sylvie St-Jean a écopé d'une peine de deux ans à purger à la maison.
Mascouche -- 47 000 habitants, visitée en 2012
Le projet Gravier de l'UPAC visait une quinzaine de suspects et deux entreprises : Transport et Excavation Mascouche ainsi que BPR Triax. Le dirigeant de Transport et Excavation Mascouche, Normand Trudel, ainsi que le maire Richard Marcotte et l'entrepreneur Tony Accurso avaient été accusés pour avoir organisé le trucage de contrats publics en échange d'avantages pour un dirigeant municipal. Richard Marcotte est mort en mai dernier, avant d'avoir été jugé. Les autres accusés sont en attente de procès.
Montréal -- 1,65 million d'habitants, visité en 2012-2013-2014-2015
La mairie de Montréal a été au coeur de plusieurs enquêtes de l'UPAC. Le projet Faufil concernait le scandale du Faubourg Contrecoeur, un terrain de la ville vendu à rabais pour un projet immobilier du groupe Catania. Le projet Méandre concernait directement le maire Michael Applebaum, arrêté pour corruption pendant son mandat. Le projet Fronde est une enquête en cours sur le contrat des compteurs d'eau et le financement du parti de l'ancien maire Gérald Tremblay. Un accusé a plaidé coupable dans l'affaire du Faubourg Contrecoeur, et un autre est mort avant d'être jugé. Personne d'autre n'a encore été jugé à la suite de ces enquêtes.
Saint-Jean-sur-Richelieu -- 92 000 habitants, visité en 2012
Le projet Grattoir était une enquête sur un présumé cartel de neuf entreprises qui se partageaient les contrats municipaux dans la région. Deux fonctionnaires de la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu avaient été accusés, mais ils ont été finalement blanchis par la justice la semaine dernière. Leur employeur les avait déjà réintégrés dans leurs fonctions. Les entrepreneurs, eux, sont toujours en attente de procès.
Saint-Rémi -- 7000 habitants, visité en 2012-2013-2015
Le projet Hécatombe était une enquête sur le maire de la petite municipalité, Michel Lavoie, qui a été arrêté à trois reprises par l'UPAC pour fraude, abus de confiance et complot en lien avec un projet de construction de desserte d'égouts. Le premier procès de l'ancien maire est prévu pour octobre.
Laval -- 400 000 habitants, visité en 2012 (perquisitions) et 2015 (arrestations)
Le projet Honoré était une enquête sur le régime de l'ancien maire Gilles Vaillancourt, accusé de gangstérisme aux côtés d'une trentaine de personnes : entrepreneurs, fonctionnaires, ingénieurs, avocats, notaire. La thèse des enquêteurs est qu'un réseau « organisé et structuré » opérait un « système de corruption et de collusion dans l'octroi des contrats publics » à Laval. Le maire se serait enrichi personnellement par sa mainmise sur ce gang criminel, selon la poursuite. Trois des coaccusés sont morts dans l'attente du procès, prévu pour 2017.
Saint-Constant -- 25 000 habitants, visité en 2012 (perquisitions) et 2013 (arrestations)
L'ex-maire Gilles Pepin avait été arrêté quelques mois après avoir perdu ses élections. L'enquête portait sur trois volets : des ventes de terrains, la construction de la nouvelle bibliothèque municipale et le financement du parti politique de M. Pepin. Les accusations contre lui ont toutefois été retirées lorsque les procureurs de la poursuite ont reçu de nouvelles informations. L'ex-maire a attribué son arrestation à des mensonges propagés par ses opposants politiques.
Châteauguay -- 46 000 habitants, visité en 2013
Le projet Muet était une enquête particulière puisque la mairesse de Châteauguay y avait participé. Selon l'UPAC, quatre suspects, dont un ancien candidat défait à la mairie, avaient tenté de corrompre l'administration municipale en lui proposant de l'argent en échange d'emplois municipaux et du dézonage de terrains pour des projets immobiliers. Deux accusés ont plaidé coupable et écopé de 14 et 30 mois de prison respectivement.
L'Assomption -- 20 000 habitants, visité en 2014
Le maire Jean-Claude Gingras a été arrêté et accusé d'abus de confiance dans le cadre de ses fonctions. Dans le cadre de l'enquête baptisée Projet Mascaret, les enquêteurs disaient avoir appris qu'il avait exigé que la Ville accorde un contrat à des entrepreneurs à qui il avait fait des promesses. M. Gingras est en attente de procès.
Hudson -- 5000 habitants, visité en 2014
L'ancienne directrice générale de la ville a été arrêtée et a rapidement plaidé coupable à des accusations de fraude et abus de confiance. Les enquêteurs avaient découvert que Louise Villandré avait fraudé sa municipalité de plus de 1 million de dollars entre 1996 et 2013. Celle qui avait passé toute sa carrière dans des postes stratégiques de l'administration d'Hudson avait encaissé pendant 17 ans dans son compte personnel des chèques municipaux qui ne lui étaient pas destinés. Elle a écopé de 30 mois d'emprisonnement.
Saint-Médard -- 200 habitants, visité en 2014
L'ancienne directrice générale de la petite localité, Andrée Ouellet-Beaulieu, a été arrêtée et accusée pour avoir attribué des contrats municipaux à la société de transport qu'elle possédait avec son conjoint, en plus d'attribuer le contrat de réfection d'un bâtiment à son frère, sans appel d'offre. Elle a écopé d'une peine avec sursis assortie d'une probation de deux ans et de 150 heures de travaux communautaires et d'un don de 500 $ à une oeuvre de charité.
Terrebonne -- 106 000 habitants, visitée en 2016
L'UPAC a mené plusieurs perquisitions à Terrebonne cet été, notamment chez le maire Jean-Marc Robitaille, qui s'est retiré temporairement de ses fonctions, chez trois autres membres de son administration et dans des bureaux de la Ville. On ignore pour l'instant la nature exacte de l'enquête. Personne n'a été accusé jusqu'ici dans ce dossier.
Bedford -- 700 habitants, visité en 2015
Roxanne Breault, une ancienne responsable de la paie dans la petite municipalité, a été arrêtée pour fraude et abus de confiance. L'UPAC n'a pas révélé les détails de l'affaire, mais les faits remontent à 2013, l'année où l'employée municipale avait démissionné dans le cadre d'une entente confidentielle avec la Ville. La dame est en attente de procès.
Saguenay -- 144 000 habitants, visité en 2016
Une vingtaine d'agents de l'UPAC ont fait irruption à l'hôtel de ville et dans les locaux de l'organisme Promotion Saguenay hier. Le maire affirme que l'enquête concerne les voyages de deux conseillers municipaux, mais les autorités n'ont pas encore dévoilé la nature de l'enquête. Personne n'a été arrêté à ce jour. « Ce n'est pas la même chose qu'à Montréal du tout », a assuré le maire lorsque joint par La Presse.