samedi, septembre 10, 2016

Affaire Lessard: le commissaire à l’éthique ouvre une enquête

http://www.journaldemontreal.com/

L'entreprise dirigée par son ex-conseiller politique a reçu 3 M$ de l'État


MISE à JOUR 
Le ministre Laurent Lessard  Le commissaire à l’éthique et à la déontologie accède à la demande des partis d’opposition et fera enquête sur la subvention de 3 M$ accordée à l’entreprise dirigée par un ex-conseiller politique du ministre Laurent Lessard.
«Comme le prévoit le Code, le commissaire enquête à huis clos», indique le commissaire, dans un communiqué diffusé en fin d’après-midi, vendredi.
«Si le commissaire en vient à la conclusion qu'un manquement a été commis, il remet sans délai un rapport d'enquête, énonçant les motifs à l'appui de ses conclusions et ses recommandations», précise le communiqué.
Rappelons que dans la foulée des révélations de notre Bureau parlementaire, jeudi, la Coalition avenir Québec et le Parti québécois s'étaient empressés de réclamer aux commissaires à l’éthique et au lobbyisme qu’ils enquêtent sur le dossier.
Les deux partis accusent le ministre Lessard d’avoir «manqué de jugement» en faisant appel, en mai 2014, aux services d'un conseiller de longue date, Yvon Nadeau, même s’il savait que ce dernier dirigeait une entreprise en quête d’une subvention gouvernementale.
La demande du ministre Lessard refusée
Confronté aux faits soulevés par notre Bureau parlementaire, le ministre Laurent Lessard s’est défendu cette semaine d'être intervenu dans le dossier.
Le commissaire a visiblement décidé de ne pas donner suite à la demande que lui a fait M. Lessard, jeudi.
En effet, le ministre avait invité le commissaire à rendre public l’avis qu’il lui aurait sollicité au moment de réembaucher M. Nadeau à son bureau de comté, même si son entreprise, Pyrobiom, sollicitait à ce moment une subvention au gouvernement.
M. Lessard était alors ministre des Forêts. Son ministère était déjà ciblé depuis janvier par un mandat de lobbying enregistré par un associé de Pyrobiom à l’époque, en lien avec un projet d’usine de transformation de résidus forestiers en biocarburant.
Jamais le nom de M. Nadeau n’a été inscrit au registre des lobbyistes. Seul le nom de son associé de l’époque y figure encore.
En entrevue avant la publication de notre reportage, M. Nadeau, qui a été responsable du bureau de comté de Lotbinière-Frontenac de 2003 à 2013, avait rapporté que c’est à sa propre initiative qu’il avait contacté l’avocat-conseil du commissaire à l’éthique avant de revenir travailler pendant un an pour M. Lessard.
Le Commissaire au lobbyisme, de son côté, s’est limité à indiquer qu’il traiterait les plaintes déposées par le PQ et la CAQ.
Par ailleurs, selon ce qu'il a été possible d'apprendre, M. Lessard souhaitait être aux côtés de ses collègues Arcand et Boulet lors de l'annonce de la subvention, le 4 juillet dernier, mais aurait décidé à la dernière minute de ne pas y participer.