mardi, août 23, 2016

Le côté sombre de la lutte contre le crime organisé

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affaires-criminelles/

Publié le 23 août 2016 à 05h00 | Mis à jour à 07h15
Benoît Roberge, en décembre 2000, alors qu'il est... (PHOTO ARMAND TROTTIER, ARCHIVES LA PRESSE)
PHOTO ARMAND TROTTIER, ARCHIVES LA PRESSE
Benoît Roberge, en décembre 2000, alors qu'il est toujours la référence en matière de renseignement sur les motards criminels au SPVM.

« Je n'ai pas peur de vous dire aujourd'hui que j'ai fait d'autres crimes. »
Le ton était donné. À sa comparution devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada hier, le sergent-détective déchu du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Benoît Roberge ne s'est pas contenté de revenir sur les faits qui l'ont conduit en prison. Il en a rajouté, dans un troublant exposé sur le côté sombre de la lutte contre le crime organisé.
Dans une présentation très intimiste entrecoupée de sanglots, celui qui purge depuis 2014 une peine de sept ans et trois mois de prison pour gangstérisme et abus de confiance a dressé un portrait peu flatteur de certaines unités d'enquête où des moyens illégaux étaient tolérés, voire encouragés, afin de combattre les motards criminels, selon lui. Des allégations qui risquent évidemment d'être contestées par ses anciens collègues, qui l'ont fait arrêter il y a trois ans.
Enquêteur passionné, bourreau de travail, Benoît Roberge était devenu pendant les années 90 la référence en matière de renseignement sur les motards criminels au SPVM. Il a été arrêté pour avoir vendu de l'information confidentielle à un membre des Hells Angels aujourd'hui décédé, René Balloune Charlebois.
Interrogé par un commissaire sur ce qui avait pu entraîner un tel revirement chez lui, l'ex-policier n'a pas hésité, hier. « C'est la vengeance, monsieur », a-t-il laissé tomber.

« Tassé » de ses dossiers d'enquête
Après avoir connu d'énormes succès dans ses enquêtes sur les motards, Roberge avait été écarté des enquêtes sur le crime organisé et envoyé brusquement à l'unité des fraudes. Une « démotion », à ses yeux.
« Je me suis senti trahi profondément. Mes patrons ne m'ont jamais rencontré pour me dire qu'ils n'étaient pas satisfaits. Dans la gestion du personnel, normalement, on a des rencontres officielles, formelles, légales. Mais ça arrive aussi que tu te fasses tasser de façon informelle », a-t-il expliqué.
Au lieu de le soutenir, certains collègues ont manoeuvré dans son dos lorsqu'il a tenté de se replacer dans un poste de lieutenant. « J'ai fait une dépression non avouée », reconnaît-il aujourd'hui.
Pendant des années, sa passion, voire son obsession, était de recueillir un maximum de renseignements sur les groupes criminels. Ses connaissances étaient une mine d'or pour la police. « Mais ça devient une maladie, le renseignement. C'est comme une maladie de vouloir tout savoir. J'ai appris rapidement que l'information, c'est le pouvoir », dit-il.
Méthodes illégales
Il affirme aujourd'hui qu'une partie de ses succès, et de ceux de certains collègues, reposait sur des méthodes peu orthodoxes, contestables, voire illégales.
« J'ai fait des crimes pour mettre des Hells Angels en prison, j'ai fait des omissions et des crimes. La zone grise, je l'ai traversée. J'ai été dans la zone noire », a dit Benoît Roberge, hier, lors de sa comparution devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada.
Il évoque « une culture » entre certains policiers qui tolérait des choses qu'il juge aujourd'hui « très graves » dans la gestion des sources confidentielles qui alimentent la police en informations privilégiées, au sein des groupes criminels.
« Pour protéger des sources, on laisse aller du trafic de stupéfiants, on fait des magouilles, des passe-passe, des filatures secrètes. »
Parfois, certains écarts de conduite étaient sanctionnés par ses supérieurs, parfois non, dit-il. Parfois, cela dépendait aussi du supérieur à qui la question était posée.
Quelques années après avoir été écarté des enquêtes sur les motards, Roberge croyait avoir un bon moyen de revenir dans le jeu. Il a développé une relation avec le Hells Angel René Charlebois. Ce dernier fournissait de l'information au policier, qui lui remettait la pareille de diverses façons.
« J'ai motivé Charlebois à faire des crimes. J'ai agi avec lui comme s'il était un agent source qui aurait été autorisé à commettre des crimes de façon encadrée, mais ce n'était pas ça », a expliqué l'ex-policier. Un jour, le motard a révélé au policier qu'il l'avait enregistré lors de conversations compromettantes.
« Il m'a dit: "Je connais tes méthodes d'enquête, on a fait des crimes ensemble. J'ai ta vie entre mes mains comme tu as la mienne." J'ai eu peur de tout perdre, j'ai paniqué », a raconté Roberge.
« J'ai honte »
Pris dans l'engrenage, le policier dit avoir fourni plus d'informations. Il a même éventé une opération policière en préparation sur laquelle sa conjointe, procureure de la Couronne, avait travaillé. Et il a accepté 125 000 $ du motard. Pour payer ses avocats s'il se faisait prendre, affirme-t-il. « J'ai honte. J'étais au fond du baril », a-t-il dit aux commissaires. Il affirme que Charlebois aurait pu s'en prendre à sa famille s'il l'avait dénoncé.
Aujourd'hui, il porte un autre regard sur ses actions et affirme regretter ses « atrocités ».
« J'ai changé. Je ne suis pas la même personne », assure-t-il.
Les commissaires se sont dits impressionnés par sa capacité d'introspection. « Votre niveau de transparence et d'honnêteté aujourd'hui ont été appréciés par la Commission », lui a lancé le commissaire Jacques Bouchard.
La Commission a donc accordé à l'ancien policier une semi-liberté à titre de mesure transitoire, qui lui permettra des sorties de prison contrôlées afin de travailler sur des projets communautaires. Il devra participer à un suivi psychologique avec un professionnel. Benoît Roberge, qui a suivi des cours de gestion et d'entrepreneuriat en prison, souhaite pouvoir s'impliquer auprès de personnes démunies ou dans le besoin qu'il a déjà ciblées et aider sa famille.