lundi, août 01, 2016

La députée indépendante Sylvie Roy est morte

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 31 juillet 2016 à 20h24 | Mis à jour le 01 août 2016 à 00h15
Sylvie Roy à Québec en octobre 2009.... (ARCHIVES PC)
Sylvie Roy à Québec en octobre 2009.ARCHIVES PC

La Presse Canadienne
La députée d'Arthabaska à l'Assemblée nationale, Sylvie Roy, s'est éteinte dimanche après-midi à l'hôpital l'Enfant-Jésus de Québec, à l'âge de 51 ans.
Elle y avait été admise au début du mois dernier à la suite d'un «sérieux malaise», et son état n'avait cessé de se détériorer, a-t-on indiqué par communiqué.
Sylvie Roy s'est éteinte à 15h15, entourée des siens.
Les causes exactes de sa mort ne sont pas connues pour l'instant.
Le bureau du président de l'Assemblée nationale a été informé de la situation afin que les dispositions prévues en pareilles circonstances soient mises de l'avant pour la circonscription d'Arthabaska.
Mme Roy laisse dans le deuil ses enfants Michel et Estelle, sa mère Monique Jacob, son beau-père Jean Morissette, sa soeur Nathalie, son ex-conjoint Réal Croteau, «son personnel politique, ses électeurs ainsi que plusieurs collègues et amis», indique le communiqué.
Les détails entourant les funérailles seront divulgués plus tard.
Le drapeau du Québec a été mis en berne sur la tour centrale de l'hôtel du Parlement, à Québec, a annoncé le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, par voie de communiqué dimanche soir.
Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est dit sous le choc. Par communiqué, il a affirmé qu'il s'agissait d'une «surprise totale» pour l'«ensemble de la famille de la CAQ» et que tous les membres étaient «bouleversés».
«Sylvie Roy a été tout le long de son passage parmi nous une battante. C'était une passionnée, qui était proche des gens, et qui n'avait pas peur de se battre pour ses idées. Elle représentait avec fierté la circonscription d'Arthabaska», a dit M. Legault.
Le chef de la CAQ a rappelé que Sylvie Roy avait été la première à demander la tenue d'une commission d'enquête publique sur l'industrie de la construction. «Elle avait le dossier de l'intégrité tatoué sur le coeur. Elle sera fortement regrettée par tous ses collègues de l'Assemblée nationale, où elle siégeait comme indépendante depuis l'an dernier», a-t-il indiqué.
M. Legault a annulé toutes ses activités prévues lundi dans le cadre de la tournée «Debout pour le Québec».
Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a dit que ses «toutes premières pensées» allaient aux enfants, à la famille et aux proches de Sylvie Roy.
M. Couillard a dit par communiqué également joindre sa voix à celle de ses collègues de l'Assemblée nationale ainsi qu'à celles de tous les Québécois pour remercier sincèrement Mme Roy pour son implication et son engagement politique.
«Depuis plus d'une décennie, Mme Roy a su représenter avec coeur et passion ses concitoyennes et ses concitoyens», a soutenu le premier ministre.
Les réactions de politiciens ont déferlé sur le réseau social Twitter. «Quelle triste nouvelle. Mes sympathies aux proches de Sylvie Roy, une femme de conviction et près des gens», a tweeté le leader de l'opposition officielle, Nicolas Marceau.
Le député fédéral conservateur et ancien député de la Coalition avenir Québec (CAQ), Gérard Deltell, a pour sa part souligné «l'engagement et la détermination» de celle qui faisait partie de la CAQ avant de devenir députée indépendante.
«Mes plus sincères condoléances aux proches et la famille de mon ancienne collègue à l'Assemblée Nationale du Québec, la députée Sylvie Roy», a par ailleurs écrit Pierre Karl Péladeau, ancien chef du Parti québécois (PQ).
La candidate à la direction du PQ, Véronique Hivon, réagissant également par l'entremise de Twitter, s'est dite «bouleversée» par la nouvelle, souhaitant courage à la famille et aux proches de Mme Roy.
D'autres aspirants-chefs du PQ, Jean-François Lisée et Alexandre Cloutier, ont aussi exprimé leurs sympathies. Le député de Rosemont a d'ailleurs souligné la contribution de la défunte politicienne dans la lutte contre la corruption.
«Une des voix les plus fortes du Québec contre la corruption nous a quittés. Merci pour tout Sylvie Roy», a écrit M. Lisée.
La députée originaire de La Tuque et ancienne avocate a été la première élue à exiger la tenue d'une commission d'enquête sur la construction, en 2009.
La chef de Québec solidaire et députée de Gouin, Françoise David, a quant à elle souligné la perte d'«une femme dévouée et intègre». Son collègue Amir Khadir a également qualifié de «battante» la regrettée parlementaire.