vendredi, juillet 01, 2016

Le gouvernement Trudeau enclenche le processus de légalisation de la marijuana

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/

PUBLIÉ LE JEUDI 30 JUIN 2016 À 12 H 35 | Mis à jour le 30 juin 2016 à 20 h 49
Les ministres Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott annoncent la mise sur pied d'un groupe de travail sur la légalisation de la marijuana.
Les ministres Jody Wilson-Raybould et Jane Philpott annoncent la mise sur pied d'un groupe
 de travail sur la légalisation de la marijuana.   
PHOTO : ADRIAN WYLD

L'ancienne vice-première ministre du Canada Anne McLellan présidera un nouveau groupe de travail dont le mandat sera de conseiller le gouvernement fédéral dans l'élaboration d'un projet de loi sur la légalisation et la réglementation de la marijuana.
La ministre de la Justice du Canada, Jody Wilson-Raybould, a maintenu en conférence de presse, jeudi matin, que l'objectif du gouvernement était toujours de présenter un projet de loi au printemps 2017. D'ici là, un groupe de travail de neuf personnes mènera des consultations auprès des municipalités, des provinces, des territoires et des communautés autochtones afin de produire un rapport final qui doit être présenté aux ministres en novembre.
Le groupe de travail sera composé de :
  • Anne McLellan : présidente du groupe de travail. Ancienne vice-première ministre du Canada et ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile.
  • Mark A. Ware : vice-président du groupe de travail. Médecin et professeur à l'Université McGill.
  • George Chow : conseiller municipal de la Ville de Vancouver.
  • Susan Boyd : professeure à l'Université de Victoria.
  • Marlene Jesso : agente responsable de l'Unité mixte d'enquêtes sur le crime organisé pour Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Perry Kendall : médecin siégeant à de nombreux comités provinciaux et nationaux, dont le Réseau pancanadien de santé publique et le Conseil des médecins-hygiénistes en chef du Canada.
  • Rafik Souccar : ancien policier de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pendant 34 ans. Il a consacré la grande majorité de sa carrière au domaine des drogues et du crime organisé.
  • Barbara von Tigerstrom : professeure au Collège de droit de l'Université de la Saskatchewan.
  • Catherine Zahn : présidente et chef de la direction du Centre de toxicomanie et de santé mentale.
Consultations et site web
Santé Canada a également mis en ligne sur son site web une section pour « solliciter les points de vue des Canadiennes et des Canadiens à propos de questions qui sont au cœur de la conception d'un nouveau système ».

« Je comprends très bien à quel point il s'agit d'une tâche importante », a concédé Mme McLellan en conférence de presse auprès de la ministre Wilson-Raybould, de la ministre de la Santé Jane Philpott ainsi que des secrétaires parlementaires Bill Blair et Michel Picard. « [La légalisation, la réglementation stricte et la restriction de l'accès à la marijuana] concernent des questions touchant la sécurité publique, le droit, la justice et la santé publique », a-t-elle expliqué.

Notre gouvernement va de l'avant en adoptant une approche sur la marijuana qui est à la fois complète et fondée sur des faits.Jane Philpott, ministre de la Santé du Canada
En entrevue à l'émission 24/60, le secrétaire parlementaire du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Michel Picard, a expliqué qu'il était primordial d'obtenir l'avis d'experts pour avoir « l'heure juste » sur la situation sur le terrain.
M. Picard soutient que le système actuel n'est pas efficace, ce qui, selon lui, peut entraîner des problèmes de santé publique. « Le produit n'est pas testé, n'est pas réglementé », dit-il.

On ne sait pas ce que les gens prennent. Donc, il y a un potentiel de dangerosité important.Michel Picard, secrétaire parlementaire
La Dre Marie-Ève Morin, de la Clinique Caméléon, dit que la marijuana, même légale, sera toujours nocive.
La Dre Marie-Ève Morin, de la Clinique Caméléon, dit que la marijuana, même légale, sera toujours nocive.
Marie-Ève Morin, médecin de famille en toxicomanie à la Clinique Caméléon, rappelle pour sa part que la marijuana est toxique pour les poumons des consommateurs. « Je ne vois pas pourquoi ce serait moins nocif parce que ce serait légal », a-t-elle dit à 24/60.
Elle espère toutefois que le contrôle de la qualité inclura une réglementation sur la teneur de la marijuana en THC, une substance qui, à forte dose, est associée à des problèmes de santé mentale, a-t-elle expliqué.
La Dre Morin doute par ailleurs que la légalisation de la marijuana la rende moins accessible aux adolescents, qui tenteront par tous les moyens de s'en procurer.

Je ne crois pas qu'en mettant ça légal, ça va éliminer le marché noir.La Dre Marie-Ève Morin, Clinique Caméléon
La réglementation actuelle est en vigueur tant qu'une nouvelle loi ne sera pas adoptée ou que les règlements actuels ne seront pas officiellement modifiés par le gouvernement.