mercredi, juin 08, 2016

Le PLQ s'engage à rembourser une contribution non conforme

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 1 H 38
Philippe Couillard
PHOTO : GRAHAM HUGHES
Le Parti libéral du Québec (PLQ) remboursera une contribution illégale de 3500 $ après avoir refusé, dans un premier temps, de le faire, à la demande du Directeur général des élections du Québec (DGEQ).
L'étude détaillée du projet de loi donnant suite aux recommandations de la Commission Charbonneau en matière de financement politique révèle que le parti du premier ministre Philippe Couillard avait refusé, en mai 2015, de remettre au DGEQ cette contribution illégale.
Après cette révélation, le PLQ a rapidement écrit sur Twitter que le remboursement serait bel et bien fait. 
Le chef @phcouillard s’engage à ce que le #PLQrembourse la contribution de 3 500 $ jugée non conforme par le DGEQ. #polqc— Parti libéral Québec (@LiberalQuebec) June 8, 2016
L'opposition dénonce cette volte-face
Le leader parlementaire de l'opposition officielle a rappelé que M. Couillard avait lui-même indiqué, après une perquisition à la permanence du PLQ en septembre 2013, qu'il rembourserait toutes sommes perçues illégalement. « Il est clair que le chef du Parti libéral ne prend pas ses responsabilités et qu'il y a encore du ménage à faire au sein du PLQ », a déclaré Bernard Drainville, dans un communiqué.
Pour leur part, les porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ) en matière de réforme des institutions démocratiques et de justice se sont dits très troublés par cette révélation.
Le premier ministre a pourtant clamé, à plusieurs reprises même, que son parti avait changé et qu'il avait maintenant une éthique irréprochable.Benoit Charette, député caquiste de Deux-Montagnes
« Il a également ajouté que son parti allait rembourser toutes les sommes que le DGEQ lui réclamerait. Maintenant, ce qu'on apprend aujourd'hui, c'est que même pour une somme aussi minime que 3500 $, le PLQ refuse de collaborer et de rembourser », a rappelé le député de Deux-Montagnes Benoit Charette.
De son côté, Simon Jolin-Barrette continue d'exiger l'adoption d'un amendement proposé par la CAQ afin de permettre au DGEQ, pour une période de trois ans, de réclamer aux partis politiques les sommes récoltées illégalement déjà prescrites.
Le député Charette estime que le premier ministre Couillard « a induit la population en erreur » et qu'« il doit s'excuser aux Québécois ». « Le Parti libéral doit changer ses façons de faire et s'engager à rembourser toutes les sommes que le DGEQ lui réclamera », a-t-il exigé.