jeudi, mai 05, 2016

PQ: rencontre entre Véronique Hivon et Alexandre Cloutier

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 04 mai 2016 à 12h28 | Mis à jour le 04 mai 2016 à 20h49
La députée Véronique Hivon est la seule à avoir... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
La députée Véronique Hivon est la seule à avoir déclaré publiquement qu'elle réfléchit à une candidature.

ALEXANDRE ROBILLARD
La Presse Canadienne
QUÉBEC
Alors que le doyen du Parti québécois (PQ) François Gendron évoquait mercredi un éventuel couronnement du prochain chef péquiste, deux candidats pressentis, Véronique Hivon et Alexandre Cloutier, se sont rencontrés à Québec.
Peu de détails ont filtré de cette rencontre de « deux personnes en réflexion sérieuse » pour succéder à Pierre Karl Péladeau, qui a annoncé sa démission lundi.
Selon une source qui a transmis cette information à La Presse Canadienne, les échanges entre les deux députés ont servi à analyser la situation à la suite du départ de M. Péladeau.
Mercredi, le député François Gendron a déclaré qu'il soumettra à la fin de cette semaine à ses collègues du caucus l'hypothèse qu'un couronnement du prochain chef péquiste serait plus souhaitable qu'une course à la direction.
Dans une entrevue téléphonique, M. Gendron a affirmé que ce scénario ne sera possible que si les députés, qui doivent se réunir vendredi dans un hôtel de Québec, s'entendent « rapidement » sur une candidature qui s'impose à tous.
« Si une candidature permettait de rallier tout le monde, ça pourrait être intéressant, a-t-il dit. Ça pourrait servir pour la suite des choses. »
M. Gendron, qui juge prématuré de se ranger derrière un candidat potentiel, évalue que les aspirants au poste de chef ne sont pas si nombreux.
« Je ne crois pas qu'il y a cinq candidatures sérieuses », a-t-il dit.
Durant la dernière course à la direction, remportée il y a moins d'un an par M. Péladeau, M. Cloutier, qui a terminé deuxième, avait bénéficié des appuis de M. Gendron et de Mme Hivon.
Mercredi, M. Gendron, élu depuis 1976, a affirmé qu'il n'était pas au courant si une rencontre avait eu lieu mercredi à Québec entre M. Cloutier et Mme Hivon.
Drainville et Lisée en réflexion
Des sources ont indiqué mercredi que les députés Bernard Drainville et Jean-François Lisée, qui ont abandonné la dernière course avant la victoire de M. Péladeau, sont toujours en réflexion sur une éventuelle candidature.
La députée Martine Oullet, qui a participé aussi à la dernière course, a déclaré mardi qu'il était trop tôt pour faire part d'une décision pour la prochaine.
Le nom de Jean-Martin Aussant, ex-député péquiste et ex-chef d'Option nationale, a également circulé ces derniers jours.
Le député Nicolas Marceau, ancien ministre des Finances, évalue également l'hypothèse de soumettre sa candidature.
Pour une éventuelle course à la direction, dont les règles et dates sont encore indéterminées, Mme Hivon est la seule à avoir déclaré publiquement qu'elle réfléchit à une candidature.
En matinée, mercredi, M. Cloutier a affirmé qu'il a reçu des milliers de messages d'appui au cours des derniers jours.
Dans un message publié sur sa page Facebook, M. Cloutier ne fait aucune référence directe à la possibilité qu'il soit candidat de nouveau.
« Vous avez été des milliers à m'écrire, au cours des 48 dernières heures, afin de me témoigner votre soutien pour la suite des choses, a-t-il écrit. Je tiens à vous remercier pour cette grande vague d'affection. Ça fait chaud au coeur. »
M. Cloutier a affirmé que sa priorité est de se concentrer sur le choix d'un chef intérimaire qui dirigera l'aile parlementaire et la formation politique en attendant le nouveau chef.
« Notre attention doit donc être concentrée à cette fin d'ici à la réunion de notre caucus, vendredi, à Québec », a-t-il dit.
La réunion du caucus de vendredi, où M. Gendron soumettra son hypothèse de couronnement, a été convoquée pour que les députés déterminent qui sera leur chef intérimaire, d'ici au choix définitif des militants.
Gaudreault ou Maltais à l'intérim
Les noms des députés Sylvain Gaudreault et Agnès Maltais circulent actuellement parmi les candidats qui souhaiteraient assumer ces fonctions temporaires.
Selon une source près de M. Gaudreault, deux tiers des membres du caucus péquiste appuient sa candidature. Sans confirmer cette information, deux autres sources au sein du caucus ont plutôt évoqué son « avance » sur Mme Maltais.
Par ailleurs, une source a affirmé mercredi que la dette de la dernière course à la direction du député Jean-François Lisée, qui s'était retiré avant la fin de la dernière course, avait été « remboursée rapidement » et « ne pèse aucunement » sur sa réflexion en cours.
Du côté de M. Drainville, qui s'était rallié à M. Péladeau après avoir renoncé à terminer la course de l'an dernier, il est trop tôt pour écarter une candidature et sa réflexion se poursuit, a indiqué une autre source.
Dans son message Facebook, mercredi, M. Cloutier s'est montré rassurant, alors que le parti est secoué par le départ de M. Péladeau, qui a exercé ses fonctions pendant moins d'un an.
« Par expérience, pour avoir traversé toutes les crises depuis 2007 - les défaites, les départs, les démissions - je peux vous confirmer que le Parti québécois en a vu d'autres et qu'il s'en relèvera, a-t-il dit. Ensemble, nous allons nous relever, comme on l'a toujours fait. Nous devons en sortir plus forts. Pour gagner en 2018. Pour le Québec. Pour les Québécois et les Québécoises. »