jeudi, mai 26, 2016

Poëti tenu dans l'ignorance par ses sous-ministres

http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/

Publié le 26 mai 2016 à 05h00 | Mis à jour à 05h00
Le ministère des Transports n'a pu indiquer pourquoi... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne)
PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE
Le ministère des Transports n'a pu indiquer pourquoi Robert Poëti n'a pas été informé de la teneur des rapports du contrôleur des finances.

Alors qu'il était ministre des Transports, Robert Poëti a été tenu dans l'ignorance par son équipe de sous-ministres d'une analyse menée par le contrôleur des finances, a appris La Presse.
Chargé par le ministère des Finances de s'assurer de l'intégrité du système comptable du gouvernement, le Contrôleur se penchait au MTQ sur des problèmes de concordance entre les sommes prévues dans les contrats, les sommes facturées et celles qui étaient véritablement payées.
M. Poëti savait qu'une analyse comptable avait été enclenchée par le contrôleur des finances en 2013 et a beaucoup insisté pour en connaître les résultats, mais en vain. Il avait pourtant discuté de ces travaux avec la sous-ministre Dominique Savoie, écartée la semaine dernière. « Je voulais voir ça, je voulais avoir la synthèse et comprendre ça », a-t-il expliqué hier à La Presse, en racontant qu'on lui répétait que « ça s'en venait ».
Or, deux rapports intérimaires ont été transmis par le contrôleur des finances, l'un en juillet 2014 et l'autre à la fin de 2015, a confirmé à La Presse le ministère des Finances après avoir soutenu le contraire, la semaine dernière. Ils ont été déposés avant que Robert Poëti ne soit évincé de son poste ministériel en janvier dernier.
Les rapports ont été transmis à Danièle Cantin, sous-ministre associée, a confirmé le MTQ, qui a nié jusqu'à vendredi dernier que de tels rapports existaient. Un changement s'est opéré mardi lorsque La Presse a soulevé le fait que des documents internes du MTQ indiquaient noir sur blanc que les travaux du contrôleur ont été achevés en 2014.

MENSONGE OU CACHOTTERIE ?
Informé par La Presse de la situation hier, Robert Poëti a tourné sa langue sept fois avant de répondre sur la possibilité qu'on lui ait menti ou caché sciemment de l'information. « Si Mme Cantin avait le rapport, elle aurait dû le remettre directement à Mme Savoie. Quant à Mme Savoie, elle aurait dû faire une rencontre pour nous le transmettre. On n'a jamais eu ça. Et pourtant, Mme Savoie savait très bien que je voulais avoir le plus d'information possible provenant des entités administratives qui pouvaient avoir un oeil critique sur nos pratiques », a déclaré M. Poëti.
«Est-ce qu'il m'a manqué de l'information ? Si ce que vous me dites est exact, on peut penser que oui.»Robert Poëti
Ce dernier a précisé avoir demandé expressément à Annie Trudel, l'analyste qu'il avait embauchée comme garde-fou, de faire des vérifications concernant les différences qui existaient entre les bordereaux (contrats), les factures et les paiements. Il a précisé que l'intégrité des bases de données était d'une grande importance dans un ministère comme le MTQ, qui accorde des milliards de dollars en contrats d'infrastructures chaque année.
PAS FINAL, SELON LES FINANCES
Au ministère des Finances, on a mentionné hier que les deux rapports ne constituent pas le rapport final puisqu'il s'agit « d'un processus d'amélioration continue ». Selon le porte-parole François Simard, « le contrôleur des finances fait ce genre de vérification dans tous les ministères, en rotation. C'est donc un exercice normal de comptabilité ». M. Simard a également précisé que le politique n'a pas été informé de l'évolution du dossier et que seules les deux organisations administratives échangeaient des renseignements. « Les rapports sont en validation au MTQ », a-t-il affirmé.
De son côté, le MTQ a indiqué hier que les travaux du contrôleur des finances ne sont pas terminés et qu'« on est toujours en attente du rapport final ». La porte-parole Sarah Bensadoun a rappelé que « ce n'est pas une vérification, mais plutôt une analyse de l'application des règles comptables ».
Le MTQ n'a pu indiquer pourquoi M. Poëti n'a pas été informé de la teneur des rapports. Mme Bensadoun a toutefois précisé que « les constats et les pistes d'optimisation dans les rapports ont été portés à l'attention de Mme Cantin et Mme Savoie » et que des mesures ont été mises en place au fur et à mesure des discussions entre le MTQ et le contrôleur des finances.

UN RAPPORT D'ÉTAPE EN FÉVRIER, DIT LA VG 

Mandatée par le gouvernement pour se pencher sur le ministère des Transports, la vérificatrice générale Guylaine Leclerc prévoit déposer un « rapport d'étape » en février. « Parce qu'il y a peut-être des choses plus urgentes à formuler que d'autres », a-t-elle fait valoir. Le rapport final sera prêt au printemps 2017. Elle avance ainsi des travaux de vérification qui étaient déjà prévus au MTQ. « À l'origine, nous avions planifié de faire la mission de manière à ce qu'on la produise pour le rapport de l'automne 2017 avant d'avoir une demande expresse du gouvernement pour faire les travaux plus tôt », a-t-elle expliqué. Mme Leclerc a ajouté qu'il est « certain » qu'elle rencontrera Annie Trudel, l'experte embauchée par l'ex-ministre Robert Poëti qui a démissionné récemment après avoir découvert des « irrégularités » au MTQ. Elle fera de même avec l'ancienne vérificatrice interne de ce ministère, Louise Boily. Son successeur, Michel Boulard, vient de quitter ses fonctions, invoquant des raisons de santé.
- Tommy Chouinard, La Presse