mardi, mai 10, 2016

Nathalie Normandeau poursuit Cogeco pour congédiement illégal

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Publication: 

PC
L'ex-vice première ministre du Québec et - jusqu'à tout récemment - animatrice de radio, réclame de Cogeco Media la somme de 722 500 $ pour l'avoir congédiée illégalement.
Un texte de Martine Biron
Dans sa requête en Cour Supérieure, Nathalie Normandeau affirme qu'après son arrestation le 17 mars dernier par les enquêteurs de l'Unité permanente anti-corruption (UPAC), elle a appris dans les médias que le FM93 la suspendait de ses fonctions sans solde.
Nathalie Normandeau estime que la présomption d'innocence doit prévaloir, surtout que les faits qui lui sont reprochés ne sont pas liés à son travail d'animatrice de radio.
Les accusations qui pèsent contre elle – soit complot, fraude, abus de confiance, corruption de fonctionnaires et utilisation de la charge publique pour obtenir des faveurs - seraient survenues alors qu'elle était députée puis ministre du Parti libéral du Québec de 2000 à 2012.
Co-animatrice de l'émission « Normandeau-Duhaime le midi » diffusée au FM93 à Québec depuis la fin de 2014, Nathalie Normandeau soutient avoir proposé ses services à son employeur pour effectuer d'autres tâches qui ne nécessitent pas sa présence en onde.
Elle affirme que plusieurs tentatives pour rencontrer la direction sont restées lettre morte.
Selon Nathalie Normandeau, c'est donc sans appel que Cogeco Media a décidé de briser le lien d'emploi.
Le contrat de Nathalie Normandeau prenait fin en août 2019, elle réclame donc la pleine compensation salariale découlant de la rupture de ce contrat qui s'élève à 572 500$.
1) 62 500$, du 4 avril 2016 au 28 août 2016
2) 165 000$ août 2016 à août2017
3) 170 000 août 2017 à août 2018
4) 175 000 août 2018 à août 2019
Dommages moraux et punitifs
Dans sa requête, Nathalie Normandeau affirme que « le congédiement illégal » imposé par Cogeco Media équivaut à une condamnation sur la place publique alors qu'elle est toujours en attente de procès. Et la conséquence de cette « condamnation populaire » la rend inemployable.
De plus, Nathalie Normandeau venait de conclure l'achat d'une propriété à Québec. L'institution financière qui avait autorisé le financement hypothécaire l'a retiré à la suite de son congédiement. Elle n'a donc pas pu acheter la propriété.
Ainsi elle réclame, en plus de son salaire, des dommages moraux et punitifs de 150 000$.