dimanche, mai 15, 2016

Les militants du Parti libéral veulent plus d'argent

http://www.985fm.ca/actualites/nouvelles/

Publié par La Presse Canadienne le samedi 14 mai 2016 à 20h06. Modifié par 98,5 fm à 00h00.
Les militants du Parti libéral veulent plus d'argent
Le premier ministre Philippe Couillard va-t-il céder à ses militants?/Cogaco Nouvelles
DRUMMONDVILLE - Le Parti libéral du Québec veut plus d'argent pour garnir ses caisses: ses militants réunis en conseil général, samedi, à Drummondville, ont voté en faveur de déplafonner les contributions individuelles limitées à un maximum de 100 $ depuis le resserrement des lois électorales.
Le gouvernement Couillard n'a pas tout à fait fermé la porte à revoir le plafond, mais cela se ferait en consultant les autres partis.

Des membres du parti ont toutefois reconnu que l'enjeu du financement était «radioactif» et qu'ils n'ont « pas beaucoup de crédibilité quand ils parlent de financement ». Leur parti a été fréquemment éclaboussé au cours des dernières années par des allégations d'irrégularités.

Le nouvel appétit des libéraux pour le financement se manifeste au moment où leur formation enregistre une piètre récolte. Selon le quotidien Le Devoir qui cite le Directeur général des élections (DGEQ), le Parti québécois a récolté pas moins de 384 250 $ entre le 1er janvier et le 10 mai, tandis que le PLQ a amassé 163 383 $.

La résolution proposée par l'exécutif de la circonscription de Johnson propose de « réinstaurer un crédit d’impôt pour le financement politique », d'entamer « une réflexion sur l’amélioration du financement des partis politiques au Québec, que ce soit par le rehaussement de la subvention publique aux partis politiques ou par une légère hausse du plafond de don actuellement fixé à 100 $ ».

Le proposeur de la résolution, Michel Daviau, ne s'en est pas caché: il est difficile de recueillir des dons pour le parti, mais des sympathisants seraient prêts à donner plus que 100 $.

« Certaines personnes nous disent qu'elles seraient capables de donner plus, bien sûr que ça viendrait faciliter le financement dans les comtés, en vue d'atteindre l'objectif nécessaire », a-t-il témoigné en plénière.

D'autres militants ont fait valoir que le don à un parti était un « geste noble », mais que c'était « excessivement délicat » dans le contexte.

Bernard Drouin a indiqué qu'il était « toujours difficile » de recueillir des dons, et que les donateurs étaient réticents à être fichés par le DGEQ et préféreraient faire des dons anonymes. Il déplorait les procédures tatillonnes de cet organisme chargé de contrôler les formations politiques.

« C'est difficile, on n'a pas beaucoup de crédibilité quand on parle de financement », a-t-il concédé, en s'opposant à la résolution pour plutôt favoriser davantage le financement public, qui est actuellement déjà en vigueur en partie.

Un autre militant libéral, Pierre Bouillon, a affirmé que le don à une formation politique a été « pollué » au cours des dernières années par des « insinuations et des amalgames » et l'opinion publique ne pourra être changée.

« C'est devenu, tristement, un peu radioactif de parler de financement, même à 100 $. La perception générale dans la population est répandue et je ne pense pas qu'on peut amener une autre perception. »

Il préconise plutôt que le financement se fasse en partie avec l'achat de la carte de membre et qu'on arrête de « scier les oreilles » des militants à propos du financement.

Les délégués ont finalement adopté la résolution et rejeté deux amendements qui l'auraient atténué en suggérant plus largement une réflexion sur cet enjeu.

Il est loin d'être certain toutefois que la résolution puisse faire son chemin à l'Assemblée nationale et résulter dans des modifications aux règles actuelles, adoptées sous le gouvernement Marois.

La ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques, Rita de Santis, a reconnu qu'il était difficile de financer un parti à coup de 100 $, mais du même souffle, elle a souligné qu'il s'agissait d'un consensus social.

Elle s'en est lavée les mains en remettant la décision à tous les élus en chambre, tout en gardant une porte ouverte.

« Nous avons atteint une certaine paix sociale avec les 100 $. Si on rehausse les 100 $, c'est parce que tous les partis seront d'accord. (...) Pour l'instant, on accepte la règle, dans l'avenir, cela peut changer. »

En vertu de la loi entrée en vigueur en 2013, le montant maximal des contributions politiques des individus est passé de 1000 $ à 100 $ par année. Toutefois, l'État verse 2,50 $ pour chaque dollar des premiers 20 000 $ reçus par les partis. Pour les 200 000 $ suivants, le DGEQ égale le montant.

Le crédit d'impôt aux électeurs pour des contributions politiques provinciales a aussi été aboli.