vendredi, mai 13, 2016

La corruption est un mal pandémique, déplore John Kerry

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/

PUBLIÉ LE JEUDI 12 MAI 2016 À 10 H 04
Le premier ministre britannique David Cameron et le secrétaire d'État américain John Kerry
Le premier ministre britannique David Cameron et le secrétaire d'État américain John Kerry
  
PHOTO : ? POOL NEW / REUTERS
La corruption est un « cancer » qui se trouve au coeur des problèmes de la planète, a déclaré jeudi le premier ministre britannique David Cameron, pendant que le secrétaire d'État américain John Kerry prévenait que la menace de la corruption est aussi grande que celle de l'extrémisme.
ASSOCIATED PRESS
M. Kerry a ajouté, à l'ouverture d'un sommet d'une journée sur la question à Londres, qu'il a été estomaqué - lors de ses voyages partout sur la planète - par l'ampleur de ce qu'il a appelé une « pandémie de corruption ».
Des politiciens de partout dans le monde assistent à ce sommet, y compris les présidents du Nigeria, de l'Afghanistan et de la Colombie.
Des banques, des organisations de la société civile et le Fonds monétaire international sont aussi représentés à cette rencontre, qui devrait accoucher d'une déclaration commune contre la corruption.
La lutte contre la corruption, contre le blanchiment d'argent et les autres crimes financiers compte parmi les priorités du gouvernement de M. Cameron. Il a déclaré que l'élimination de la corruption ne nécessitera « pas seulement de nouvelles lois, mais une nouvelle culture ».
Des détracteurs font toutefois remarquer que le district financier de Londres, la City, baigne dans l'argent illicite et que plusieurs territoires britanniques à l'étranger servent de paradis fiscaux.
Le Royaume-Uni a adopté une loi qui impose aux entreprises britanniques - y compris les entreprises étrangères qui détiennent des actifs britanniques ou qui obtiennent des contrats publics - de dévoiler qui sont leurs véritables propriétaires.
Le gouvernement estime que cela signifie que les individus et les pays corrompus ne pourront dorénavant plus déplacer, blanchir ni cacher des fonds illégaux sur le marché immobilier londonien.
Le gouvernement britannique calcule que les entreprises étrangères possèdent environ 100 000 propriétés à travers le pays, dont la moitié dans la région de Londres.
Le Royaume-Uni affirme que la France, les Pays-Bas, le Nigeria et l'Afghanistan se sont engagés à instaurer des registres de propriété similaires, et que d'autres pays feront de même bientôt.
Avant l'ouverture du sommet, une caméra de télévision a enregistré M. Cameron déclarant à la reine Élisabeth II que deux participants au sommet, le Nigeria et l'Afghanistan, « sont possiblement les deux pays les plus corrompus de la planète ».
Le président nigérian Muhammadu Buhari et son homologue afghan Ashraf Ghani ont promis de combattre le problème dans leur pays.