lundi, mai 02, 2016

Départ de Pierre Karl Péladeau : Régis Labeaume « bouleversé »

http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/

PUBLIÉ AUJOURD'HUI À 17 H 48
Le maire de Québec, Régis Labeaume
Le maire de Québec, Régis Labeaume, est «bouleversé» par
la décision de Pierre Karl Péladeau.
  
PHOTO : ICI RADIO-CANADA

C'est un Régis Labeaume particulièrement « bouleversé » qui a commenté l'annonce de Pierre Karl Péladeau de quitter la vie politique pour des raisons familiales. Le maire de Québec dit comprendre le « sentiment de culpabilité » du politicien envers sa famille. Il a même laissé tomber qu'il « sacrerait tout ça là », lui aussi, si ses enfants avaient l'âge de ceux de M. Péladeau.
Régis Labeaume a démontré beaucoup d'empathie en réagissant au départ surprise du chef du Parti québécois, dont il avait présidé le mariage avec Julie Snyder, l'été dernier.
« Je sais quelle vie il veut pour ses enfants. Je sais qu'il ne veut pas que ses enfants aient l'enfance qu'il a eue. Il était face à un choix épouvantable, déchirant », a souligné Régis Labeaume, en marge d'une annonce d'une mission économique à New York.
Le maire a fait valoir à quel point la vie politique et les critiques qui viennent avec elle peuvent être difficiles pour les proches des politiciens.
« On traîne toujours un gros sentiment de culpabilité. Tu as peur que ça aille des effets, tout d'abord à cause de tes absence sur les enfants, mais aussi parce qu'ils écopent, les enfants, là-dedans », a-t-il dit.

Heureusement, les miens sont rendus plus vieux, mais il ne faudrait pas qu'ils aient l'âge de ceux de Pierre Karl, je sacrerais tout ça là. Ça me bouleverse un peu, je vous avoue.Régis Labeaume, maire de Québec
Une décision qui suscite le respect
L'annonce de Pierre Karl Péladeau surpend aussi les élus de l'opposition à l'Assemblée nationale, qui comprennent sa décision. « Je pense que c'est notre devoir comme politicien de respecter ces situations-là. La vie politique et la vie familiale, ce n'est pas toujours facile à réconcilier, loin de là », a souligné le ministre de l'Éducation François Blais, qui est père de cinq enfants.
Le député caquiste Éric Caire convient lui aussi que la vie politique peut être difficile pour les proches.
« Comme homme politique et comme père de famille, ça m'interpelle parce qu'on sait que la vie politique peut nous amener quelque fois à un point de rupture où quelques fois on a à choisir entre la carrière politique et la vie familiale. Et je saluerai toujours ceux qui choisissent la vie familiale. »
Moins d'un an après avoir été couronné chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau a annoncé dans une brève déclaration remplie d'émotion qu'il quittait la vie politique, expliquant son « choix déchirant » par des raisons familiales.